Agenda

 

ANNÉE 2017 

Juin 2017

Publication  : UN JOUR PEUT-ÊTRE…

Émile NOËL vient de publier  (Émilius Éditions, prix 20 euros)un  élégant coffret de quatre nouveaux Récits : « Socrate », « Le Marcheur », « Un jour peut-être », « le kindle », réunis sous le titre général d’ UN JOUR PEUT-ÊTRE…

Ces récits philosophiques menés en gourmandise  conjointe de mots et de pensées, restituent les impressions du narrateur,  ce monsieur NO qui promène son humour, sa tendresse et sa colère  autour des objets  de la modernité et des chemins de France.

« Q’un machin ou qu’un truc soit une chose qui ne serve à rien est peu vraisemblable. Qu’on ne soit pas encore capable de dire à quoi cal pourrait servir est déjà un peu plus crédible. il y a tant de mystères élucidés en ce bas monde » (le kindle)


Émile Noël, qui vit actuellement à Vimpelles en Seine & Marne a, naguère,  dirigé le Service de la Recherche de l’Institut National de l’Audiovisuel et a travaillé en radio sur de nombreuses émissions de pensée. Psychanalyste et enseignant, il a publié de nombreux essais, pièces de théâtre et entretiens scientifiques, depuis le fameux Fleurs des méninges qui avait obtenu le prix Alphonse Allais en 1961.
Émile Noël est vice-président de l’Institut Charles Cros. Il anime un blog caustique et inventif  qui recense ses goûts et met à  disposition son immense production intellectuelle:

emilius-ankylosaurus.com/index/index.php.
Il profile ainsi son webéditorial  d’émilius ankylosorus, questionneur et caustique :

« Ne faudrait-il pas que les structures mentales d’homo sapiens évoluent ? Et les choses ne se porteraient-elles pas mieux si c’était Neandertal qui avait survécu ? Mais, au fait, pourquoi faudrait-il que les choses soient autres que ce qu’elles sont ?

Maintenant, vous pouvez vous aussi vous pencher sur le sujet et m’envoyer, par courriel, vos propres réflexions, ce qui nous permettra d’échanger sur l’essence et l’existence de ces choses, et d’en approfondir encore davantage la métaphysique autant que la réalité. »

——————————————————

Appel international à communications  -appel  prolongé pour ce 11 JUIN –

Pour le 11 juin, appel à communications du colloque de Sétif (novembre 2017).

L’Institut Charles Cros est partenaire de l’Université Ferhat Abbas de Sétif (Algérie) pour un exceptionnel colloque interdisciplinaire et international, qui se déroule les 5  et 6 novembre 2017 et qui porte l’intitulé  de :

« La créativité des territoires, enjeu des formations durables ? »

Si l’on admet que le développement territorial durable permet la production de richesses nouvelles, le développement des ressources locales et la préservation de l’environnement à l’attention des générations futures, l’humain, dans son travail, son comportement, ses jeux, ses récits fondateurs et les dimensions multiples de ses besoins, demeure au cœur de la transmission des compétences. Les sciences humaines et sociales sont au cœur de ces dimensions d’apprentissage : l’être humain explore grâce à leurs apports, la diversité et les potentialités des territoires qu’il traverse et où il vit.  (…)

De fait, les communications attendues lors de ce colloque interpellent les attentes et les mutations de la société civile, dans la diversité des axes historiques des formations. Les communications attendues peuvent puiser dans les expérimentations telles que : écritures créatives, jeux de rôles, théâtre, arts plastiques, sciences cognitives, etc., dans la mesure où ces expériences sont corrélées avec un dialogue interdisciplinaire. Le cadre du LMD a connu des aménagements divers selon les expériences nationales et régionales. Une écoute toute particulière sera accordée aux propositions qui mobilisent des équipes aux observatoires différents, ainsi qu’aux expériences où le monde universitaire est associé à des initiatives alternatives. Ces expériences doivent pouvoir faire évoluer les formations universitaires dans les dimensions d’un développement durable imaginatif, attentif à la créativité des territoires.

L’appel à communication est diffusé dans son entièreté, sur le site de l’Institut Charles Cros et différentes plate-formes de recherche internationales. Les propositions de communication, accompagnées d’un résumé d’une page (2500 signes) et d’un bref CV, sont à adresser par mail à : sylvie.dallet@uvsq.fr et oussama.kharchi@univ-setif.dz, ainsi que déposées sur le site Internet dédié au colloque http://www.univ-setif.dz/OCS/CTEFD avant le 11 juin 2017.

Ce colloque est organisé sous le Haut patronage du Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique de l’Algérie.

 

——————————————

MAI 2017

le mercredi 24 mai 2017  à l’Espace Harmattan, 24 rue des Écoles (Paris) de 14 heures à 18 heures.

Entrée libre.

Séance exceptionnelle du séminaire Éthiques & Mythes de la Création sur le thème

 Éthiques & Mythes de la SÉDUCTION

Un programme original, insolite et insolent, avec la participation de Corinne FRANCOIS DENÈVE (maitresse de conférence littérature CHCSC-UVSQ Paris Saclay), Catherine PIFFARETTI (comédienne et formatrice, AAFA Commission Tunnel de la comédienne de 50 ans) Marie LOISON-LERUSTE (maitresse de conférences sociologue, Université de Paris 13) Benedetto REPETTO (doctorant italien, université de Versailles ST Quentin) et Maya-Inès TOUAM (photographe franco-algérienne, doctorante Sorbonne Nouvelle).

Séance prévue le mercredi  24 mai  2017 à l’Espace Harmattan,  au 24 rue des Écoles, 75005 Paris à partir de 14 heures.

Entrée libre, réservation souhaitable :  sylvie.dallet@uvsq.fr

 

—————

 

AVRIL 2017

le mercredi 19 avril  à la BDIC (Nanterre) 

Séance du Séminaire Éthiques & Mythes de la Création  autour du thème :

La Justice et l’Asile, imaginaires  et destins croisés

avec la participation de Joseph KRULIC (magistrat et historien HDR, président de la Cour d’appel du Droit d’Asile), Aurélie AUDREVAL (EHESS) et Yannick LEBTAHI (Maitresse de Conférences  à Lille 3, HDR, spécialiste de la représentation de la Justice au travers des médias télévisés), Emilie DEWAELE (avocate au barreau de Lille, droit des étrangers).

Cette séance du  séminaire EMC se déroule à la Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine  (BDIC) : site de Nanterre, 6 allée de  l’Université, Nanterre.

La BDIC, qui fête ses 100 années d’existence,  présentera à l’occasion de notre séminaire EMC, ses très riches collections relatives à la justice (présentation faite par  Frédérique BARON).

Le séminaire a lieu de 15 à 18 heures. (RER A, station :  Nanterre université)

Inscriptions au séminaire :   sylvie.dallet@uvsq.fr

———————————————————

MARS 2017

le  vendredi 24 mars 2017 à la MSH Paris-Nord (Saint Denis)

Séance du Séminaire Éthiques & Mythes de la Création   autour du thème  :

Les métamorphoses identitaires, une expérience contemporaine 

tableau d’Eddy Saint-Martin (Haïti)

Avec la participation des chercheurs en sciences sociales,  Daniela RICCI et Thierno IBRAHIMA DIA  (coordinateurs de l’ouvrage « Arts, négritudes et métamorphoses identitaires » avec Thomas CEPITELLI, Institut Charles Cros/Harmattan, 2016) et le comédien  Gérard LEFORT. 

Thierno Ibrahima DIA est critique de cinéma, rédacteur en chef de la revue en ligne Africine.  Il enseigne le cinéma à l’Université Bordeaux Montaigne. Ses recherches portent sur le cinéaste Djibril Diop Mambéty, le dramaturge suisse Friedrich Dürrenmatt et les sociétés. Auteur de plusieurs articles et conférences, Thierno Dia a coordonné avec Olivier Barlet le numéro spécial de la Revue Africultures (Paris, mars 2009). consacré à Sembène Ousmane.

Daniela RICCI a obtenu un doctorat à l’Université Lyon 3, en codirection avec la Howard University de Washington. Ses recherches portent sur les films contemporains d’Afrique et de ses diasporas. Elle enseigne le cinéma à l’Université-Paris Nanterre et collabore avec divers Festivals cinématographiques. Elle est auteure du livre Cinémas Des diasporas noires : esthétiques de la reconstruction(L’Harmattan, 2016). Elle a réalisé le documentaire Imaginaires en exil. Cinq cinéastes d’Afrique se racontent (52 min).

Gérard LEFORT (www.gerard-lefort.com), ancien champion de judo, a été instituteur, chargé de mission Handicap au ministère de l’Éducation Nationale,  puis comédien professionnel.   Accidenté de la route, il est actuellement vice-président de l’association internationale des Droits de l’Homme et permanent à ce titre à l’Organisation des Nations Unies.  Il est également depuis 2015, vice-président des Acteurs et Actrices de France Associés (AFAA). Son métier de comédien s’exerce sur les scènes théâtrales, mais aussi en entreprise, où il sensibilise le public au handicap et à la différence.

Sylvie Dallet, Wei Liu, Weixuan Li, Benedetto Repetto, Gérard Lefort (photo Ziqi Peng).

Son exposé va porter sur le thème autobiographique de :  « Comédien à 57 ans » . La photographie ci-contre le représente, venu à la Maison des Sciences de l’Homme dans une moto à trois places, adaptée au port du fauteuil roulant.

 

Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord de 14 heures à 18 heures,  salle 413

Adresse : 20 avenue Georges Sand, Aubervilliers.

 

 

 

FÉVRIER 2017 : 

  • Nous venons de recevoir le numéro 55 (janvier 2017) que la Revue française de Yoga consacre au thème « Qu’est ce qu’être créatif ? ». Dans ce numéro nourri, un article de Georges CHAPOUTHIER (membre du Conseil d’Administration de l’Institut Charles Cros) qui s’intitule  » Être créatif : le point de vue du biologiste« .
  • Séminaire EMC : le 15 février 2017 à Paris , séance du Séminaire Éthiques & mythes de la Création  autour du sociologue sénégalais Mahamadou Lamine SAGNA  (ancien enseignant de l’université de Princeton-USA et conférencier international auteur de Monnaies et sociétés),  de l’historien Gilbert SCHOON (Musée Histoire vivante, exposition  « Ouvrier, patron », images & caricatures),  Benedetto REPETTO (doctorant italien rattaché au CHCSC-UVSQ Paris Saclay, sur le documentaire social et la représentation des migrants dans l’agriculture industrielle italienne) et Mohamed CHARBAGI, producteur  franco-tunisien (Alif productions), de documentaires et de séries télévisées (sous réserve).

Cette première séance du séminaire EMC a pour titre  : La pauvreté, ou les impensés de l’innovation

Ce thème sera travaillé à partir de différents regards :  sociologique, filmique, caricatures, philosophie…

Les compétences et les fonctions des intervenants de cette séance du séminaire sont détaillées sur la partie séminaire Éthiques & Mythes de la Création du site Web de l’Institut Charles Cros (http://www.institut-charles-cros.eu/?page_id=185).

Cette séance se déroule au 24 rue des Écoles  à Paris (en partenariat Harmattan) de 15 à 18 heures.

Le séminaire EMC est  en entrée libre, mais il préférable de réserver (mail :  sylvie.dallet@uvsq.fr)

———————-

Melissa Thackway, Mahamadou Lamine Sagna, Daniela Ricci, Sylvie Dallet, Thomas Cepitelli

  • Signature et événement édition : le 18 février , présentation à l’Harmattan  (21bis rue des Écoles, Paris, 7505)  à 15 heures, en la présence des auteurs Thomas Cepitelli, Ibrahima Thierno Dia et  Daniela Ricci, de leur ouvrage « Arts, Négritudes et métamorphoses identitaires« , publié par la collection Éthiques de la Création (Institut Charles Cros) en décembre 2016. Cet ouvrage collectif original a été préfacé par Mahamadou Lamine Sagna.

 ——————-

JANVIER  2017 :

Du 26 janvier au 26 février 2017, l’artiste chinoise Weixuan LI, actuellement en thèse à L’université de Versailles Saint-Quentin au laboratoire de recherche du Centre d’Histoire culturelle des Sociétés contemporaines,  expose ses peintures, avec celles d’autres

artistes chinois contemporains vivant en France depuis 2000,  au travers de l’exposition   Troposphère,  du 6 B de la ville de Saint Denis. 
Invité à diriger le comité de recherche de l’exposition « Troposphère », l’académicien François CHENG s’est entouré du philosophe Yves MICHAUD, et des spécialistes en art chinois, LI Xianting et DAOZI. La thématique de recherche de l’exposition portera sur les influences multiculturelles dans la création artistique et regroupe cinquante artistes aux inspirations très différentes.

L’artiste Weixuan Li a  créé des peintures (paysages et portraits,- peintures à l’huile) et exposé  ses premières oeuvres au Festival des Arts ForeZtiers en 2013, en 2015 et 2016, où elle était en résidence de création.

Adresse :  Troposphère, 6-10 quai de Seine, 93100 Saint Denis. Entrée libre de 14 à 18 heures.

Sites de référence :  www.paris-art.com/troposphere/ ou http://www.le6b.fr/

 

 

 En 2017, l’Institut Charles Cros vous souhaite d’emmitoufler vos passions sous un nuage de douceur…

———————————————————————————————————————————————————————————————

Si bou said,la montagne des deux cornes

ANNÉE 2016

Annonce des manifestations de l’Institut Charles Cros en 2016

 EN JANVIER & FÉVRIER

En janvier 2016, le vidéaste Ivan Magrin-Chagnolleau a réalisé le Teaser de l’édition 2015 des Arts ForeZtiers. Ce Teaser de deux minutes 30 a été présenté aux partenaires d’Auvergne et aux artistes.

colloque Forêts du 31 janvier 2016

Projection du Teaser : commentaire Sylvie Dallet, modérateur Paul Arnoult

La philosophie des Arts Foreztiers a été présentée lors de la Journée d’études organisé par le Groupe d’Histoire des Forêts Françaises (GHFF) le 30 janvier 2016, lors d’une Table Ronde qui s’est déroulée à la maison des la Recherche de la Sorbonne, rue Serpente devant une assistance nombreuse, en la présence des artistes Foreztiers : Véro Béné, Sylvie Dallet, Martine Guitton, Anne et Félix Monsonis.

Le thème de la Journée d’études  était « Forêts, Arts & Culture : des sens aux perceptions sensorielles« . L’allocution écrite de Sylvie Dallet est consultable sur le site de l’Institut (rubrique « Nouveaux articles »)

—————————

Le 13 février 2016 Lorenzo Soccavo a présenté une conférence dans le cadre de la reprise du séminaire Cultures Numériques, organisé par la Revue Implications Philosophiques à la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Cette conférence « Mutations de paradigmes – impact des dispositifs d’écriture-lecture sur nos représentations du monde » est  à lire sur le blog de Lorenzo Soccavo, chercheur associé à l’Institut Charles Cros.

————————————–

EN MARS

Germaine_Arnaktauyok_The_Sisters_Story_largeLe 8 mars à 18 heures, dans le cadre du Printemps des poètes, Giulia Bogliolo Bruna  (auteur des Objets messagers de la pensée inuit, Institut Charles Cros/l’Harmattan) et Nicole Gdalia inaugurent par une soirée poétique  » Au commencement était l’anirniq , le souffle… Chants et poèmes inuit » l’exposition « Équilibres arctiques » de la Galerie Librairie Caractères (7 rue de l’Arbalète, 75005 Paris)

—————————

Pour mars 2016, nous annonçons l’ouvrage d’Éric Delassus, intitulé  Spinoza (connaitre en citations), paru dans la collection Ellipses et l’article de Sylvie Dallet,  « Bibliothèques et transmissions des savoirs d’aujourd’hui : pour une éthique des savoirs créatifs ? » paru dans le livre collectif dirigé par Sylvie Ducas, Paroles de livres (les Acteurs du livre III), éditions Nicolas Malais (www.lebibliophile.com). Cet article résume le premier colloque  (juin 2012) lancé par le cycle de séminaires internationaux des « Savoirs créatifs, savoirs migrateurs » de l’Institut Charles Cros et partenaires.

———————-

EN AVRIL

 Les 2 et 3 avril 2016, le peintre Félix Monsonis expose ses « Youplalas et autres gouaches » à l’atelier de reliure de Martine Roy-Rager au 80 rue Joseph de Maistre, Paris XVIIIème (métro Guy Moquet, ligne 13). Le Youplala imaginé par Félix Monsonis  s’inspire du jeu de triboulet  (une figure à bascule, montée sur bâtons de noisetier), réinterprété sur des figures contemporaines qui peuvent être réalisées à la demande.

Félix Monsonis  participe des Arts Foreztiers depuis 2015 et exposera également   ses créations à Chavaniac-Lafayette du 8 au 10 juillet 2016, lors de la cinquième édition du Festival. Felix Monsonis (Atelier du panoramique auvergnat, Pébrac)

———-

Véro Béné, Madjid Djenane, Ivan Magrin Chagnolleau, colloque Eduquer & former au monde de demain

 Le 6 avril 2016,  dans le cadre du second colloque international  francophone ‘ÉDUQUER et FORMER au MONDE de DEMAIN » (http://edd.sciencesconf.org), intitulé pour 2016 « De la créativité à l’innovation dans les pratiques pédagogiques et professionnelles », L’Institut Charles Cros a présenté le Festival des Arts ForeZtiers lors d’un atelier en séance pleinière : « Forêt créative« . Cet atelier  était animé par Sylvie Dallet (au Conseil Scientifique du colloque), avec la participation des artistes  et chercheurs Véro Béné (Vivadesign, Chanteuges)  et Ivan Magrin-Chagnolleau (CNRS, Paris). Le colloque se déroulait sur trois jours, organisé à l’ESPE de Chamalières (Université Blaise Pascal Clermont Ferrand, responsabilité Didier Mulnet et son équipe, partenariat Conférence des Présidents d’Université).
Une synthèse  de ce colloque est consultable sur le site de l’université Ferhat Abbas Sétif 1 (UFAS, Algérie)  dans la rubrique Procès verbaux & Comptes rendus du site web de l’université de Sétif. Cette synthèse  de sept pages nourries est rédigée par le Recteur de l’université de Sétif, Madjid Djenane, présent lors des ateliers : la page 4 correspond à la description élogieuse des initiatives « Créativités & Territoires » et « Savoirs créatifs, Savoirs migrateurs » de l’Institut Charles Cros.

——-

Depuis avril 2016,  Lorenzo Soccavo anime un Le Métacafé Littéraire, une forme nouvelle de l’expérience de la lecture.

Metacafe_Litteraire_EVER_Lorenzo-Soccavo

Le Métacafé Littéraire hébergé sur EVER  (Plate Forme numérique de l’université de Strasbourg-http://www.ever.unistra.fr/Missions) est l’espace de rencontres lié aux différents projets initiés sur la plateforme par le chercheur en prospective du livre Lorenzo Soccavo, chercheur associé à l’Institut Charles Cros. Depuis 2013 il y est à l’origine de plusieurs prototypes développés en collaboration avec Jenny Bihouise : une librairie 3D, une méta-bibliothèque universitaire numérique, et… ce Métacafé Littéraire, où peuvent échanger en temps réel auteurs et lecteurs francophones depuis toute la planète. Plusieurs soirées rencontres y ont déjà été organisées, permettant à des internautes de toute la francophonie d’abolir la distance physique des milliers de kilomètres les séparant pour partager ensemble des moments de lectures, de discussions et de débats autour des livres.

———–

EN MAI & JUIN

En mai 2016, Georges Chapouthier, membre du Conseil d’Administration de l’Institut Charles Cros,  publie un de ses nouvelles dans le recueil  « Souvenirs du Quartier latin », publié aux édition Pippa. Cet ouvrage est publié dans le cadre de l’économie solidaire pour la scolarisation des enfants du village  d’Aranganur (Pondichéry) , dans le sud de l’Inde (www.assoseme.fr).

————

OM7A0494A

Jacques Arnould & Sylvie Dallet (photo Laurence Honnorat)

Le 16 juin 2016, Les Mardis de l’Espace, produits par le Centre National d’Études Spatiales ont organisé  au Café du Pont Neuf, une séance spéciale sur le thème « Des Mythes et des Cieux« . Cette séance réunissait Jacques Arnould (Conseiller en Éthique au CNES, auteur) et Sylvie Dallet, dans une libre conversation avec le public.

 Ce dialogue  de près de deux heures a été filmé par Laurence Honnorat (Innovaxiom) et consultable sur You Tube. La séance était animée par le journaliste scientifique Paul de Brem, accompagné par Xavier Ferran, improvisateur des interludes au chant et piano.

—————

cover-lowres

Couverture du Catalogue 2015 Festival Arts ForeZtiers.

Oeuvre su carton : l’Arbre en marche (Véro Béné, 2015)

Le Catalogue du Festival des Arts ForeZtiers 2015 est paru (Institut Charles Cros/Aloha Éditions),

disponible à la vente sur Amazon .https://www.amazon.fr/Arts-ForeZtiers-2015-Ivan-Magrin…/dp/2955566918.

Il sera disponible en consultation et à la vente lors du Festival  des Arts ForeZtiers 2016.

Ce travail collectif (Ivan Magrin-Chagnolleau, Marie-Jo Geffray, Sylvie Dallet, Gilbert Schoon, image de couverture Véro Béné)  a été réalisé en format carré de 165 pages, richement illustré des photos des oeuvres présentées, des artistes et des moments forts du Festival. Ce catalogue offre également des textes de référence sur le Festival et le village de Chavaniac-Lafayette.

—————-

EN JUILLETflyerAF-2016-2
Les 8, 9, 10 et 11 juillet, le cinquième Festival de Création des ARTS FOREZTIERS  (production Institut Charles Cros)  déroule à Chavaniac-Lafayette, un village de Haute Loire, lieu de naissance du Général Lafayette dont la devise était « Pourquoi pas ? »
Venez nous rejoindre et soutenir cette expérience artistique, démocratique et botanique sur le site associé : www.lesartsforeztiers.eu ! L’affiche a été réalisée par Véro Béné (Vivadesign), membre de l’Institut Charles Cros.

 Le déroulé de cette manifestation avec les photographies et commentaires est consultable directement sur le site www.lesartsforeztiers.eu

——————————————————————————

En OCTOBRE, deux événements  (14 et 19 octobre): 

le 14 OCTOBRE

cristal-orph-visuel-mag-CMJNder-VECT

Festival Viva la Vida

Festival  ORPHÉEVIVA LA VIDA et Colloque  « HANDICAP, ARTS & CULTURE » du 14 octobre à CERGY
Le 14 octobre 2016,
 colloque organisé par la mission handicap de l’Université de Cergy-Pontoise, l’I.N.S.H.E.A, l’Institut Charles Cros, L’apostrophe, Scène Nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise et le Pôle art et handicap Théâtre du Cristal : « Handicaps, Arts & Culture : nouvelles représentations, nouvelles mythologies« .
Ce colloque se déroulera sur la Scène nationale de Cergy-Pontoise,  au Théâtre de l’apostrophe (place des Arts) . 

Les inscriptions  au colloque se font par le site  VIVA la VIDA, dédié au festival  : www.orpheevivalavida.fr. L’entrée est gratuite, mais il nous est nécessaire pour des raisons de salle, de s’effectuer sur inscriptions préalables sur le site viva la vida.

 Programme et prologue :

Le handicap peut être défini, comme le propose Winance, à la fois comme « une catégorie administrative et comme une manière de se représenter et de traiter les personnes atteintes d’une déficience ». Il peut être aussi abordé comme une construction sociale et culturelle qui varie selon le temps et l’espace, les sociétés et les époques. Au vingt et unième siècle, les différentes formes d’art tiennent une large place dans cette élaboration de représentations sociales et culturelles. La période contemporaine voit d’ailleurs une recrudescence de cette thématique dans les œuvres. Nous présenterons ici les nouvelles formes des représentations du handicap dans la littérature, le spectacle vivant, et les médias audiovisuels (cinéma, télévision, œuvres de fiction sur internet).

De manière générale, on visera à identifier comment la prise en compte du handicap au sein de ces différentes expressions constitue une nouvelle clé de lecture du monde. Celle ci informe de l’évolution de l’imaginaire du handicap et de la place accordée et occupée par les personnes en situation de handicap. Cette réflexion alimentera les questions suivantes :

Quelles motivations (conscientes ou inconscientes) sous-tendent cette floraison de nouvelles représentations ?

Pourquoi mettre en valeur « l’autre » dans sa différence et dans sa ressemblance ?

Quelle(s) place(s) ces représentations artistiques, assignent elles au handicap dans notre société d’aujourd’hui ?

Quelles nouvelles mythologies du handicap et du social, notre époque est elle en train de construire ?

Déroulé du colloque

9H30 : Accueil des participants autour d’un café

1/Matinée

10 heures : Mot de bienvenue. Remerciements et présentation du colloque par Gérard Lambert-Motte, conseiller départemental du Val d’Oise, délégué à la culture, au tourisme et au patrimoine.

10H15 : Grand témoin : Patrick Gohet. Adjoint au Défenseur des Droits vice-président du collège chargé de la lutte contre les discriminations et de la promotion de l’égalité

10H45 : L’image du handicap dans la littérature et dans le spectacle vivant.

  • Handicap et spectacle vivant : la parole d’une artiste : Angela Laurier
  • Handicap et spectacle vivant : Interview vidéo de Jérôme Bell commentée par les membres du comité de pilotage.
  • Intervention de Ketty Ghnassia (à confirmer).
  • Sociologie de la scène contemporaine française vis à vis du handicap par Charlotte Ricci.

12h00 : Débat avec la salle (pondération Sylvie Dallet, UPEM/UVSQ))

2/ Après-midi

14H00 : Grand témoin : Alain Blanc, professeur des universités, Université Pierre-Mendès-France de Grenoble La représentation du corps handicapé dans différentes formes d’expression artistique.

14H45 : L’image du handicap dans les médias audiovisuels

  • L’image du handicap dans les séries télévisées. Monika Siejka, Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines (CHCSC, Paris Saclay).
  • Les programmes courts et séries humoristiques : l’exemple de l’émission « Vestiaires », Adda Abdelli, acteur et scénariste.
  • Le flm publicitaire « Dans le rôle de ». Quelle image du handicap ? Catherine Morhange, présidente de l’association Cinéma-différence, Lara de Nattes, directrice clientèle, Agence TBWA Paris et (sous réserves) Josselin Pacreau, concepteur rédacteur, agence TBWA Paris. (pondération un des membres du comité de pilotage)
  • Le handicap au cinéma. Agge Lomo. MCF à l’université de Strasbourg

16H00 : Débat avec la salle animé par Sylvie Dallet, professeure des universités (UPEM), directrice de recherches  (CHCSC, UVSQ)

16H30 : Mise en perspective et conclusion de la journée par Frédéric Reichhart, MCF à l’INSHEA et Sylvie Brodziak, maitresse de conférences, Université de Cergy Pontoise (UCP) .

——————————————

LE 19 OCTOBRE

Séminaire ÉTHIQUES & MYTHES de la CRÉATION du 19 octobre  2016 :

La FORÊT IMAGINÉEimage001

_mg_6328

Sylvie Dallet, ouverture du séminaire Éthiques &Mythes de la Création octobre 2016

Le 19 octobre, Sylvie Dallet présente  la séance « La Forêt Imaginée« , dans le cadre  de son séminaire Éthiques & Mythes de la Création sur le campus de la Fonderie-École de l’Image, 80 rue Jules Ferry, 93170 Bagnolet. Le séminaire se tient SALLE 307 de 14 à 17 heures. Dans le cadre des actions de vigilance, une pièce d’identité sera demandée à l’accueil.

Thème : La Forêt est source inépuisable d’inspiration et de mythes qui vont de la forêt traversée du Petit Poucet et du Chaperon Rouge au domaine des arbres en majesté. La forêt, réservoir du vivant et de la biodiversité, naguère redoutée pour sa sauvagerie obscure, alimente de plus en plus la nostalgie occidentale d’une Nature primitive. Au travers la confrontation des exposés et des interventions, cette Forêt devient un personnage conté, dessiné, traduit, qui révèle les chemins secrets de la connaissance occidentale.

Intervenants  :

Sylvie DALLET, ouverture du séminaire et introduction forestière

_mg_6337

Hervé Fischer, séminaire EMC

–  Hervé FISCHER, « Mythanalyse de la forêt »

Hervé Fischer est sociologue, essayiste et prospectiviste, fondateur de la Société Internationale de Mythanalyse, peintre, théoricien du cybermonde et d’une mythanalyse du Futur (www.hervefischer.net). Il vit à Montréal (Canada).

Véro BÉNÉ, « La Forêt merveilleuse»

Graphiste indépendante, dessinatrice et peintre, Véro Béné vit et travaille à Chanteuges (Auvergne). Elle a conçu et anime le blog du Festival de Création des Arts Foreztiers (www.lesartsforeztiers.eu) et du Blog du Lézard (verobeneblogsport.fr). Elle a imaginé et édité un livre de contes illustrés : « La forêt merveilleuse » et participe de la création de revues et d’ouvrages.

Célio PAILLARD, « Phytophilia : une expérimentation des Arts ForeZtiers »

Célio Paillard est graphiste indépendant, musicien  et éditeur. Docteur en esthétique sur les arts numériques en juin 2010 (Paris I – Sorbonne), il enseigne les arts plastiques dans l’École d’architecture Paris Val-de-Seine. Depuis les années 2000, il développe une démarche artistique et de recherche, notamment à travers des installations et des performances, en utilisant principalement les médias sonores et textuels. Il conçoit des œuvres ouvertes à de multiples interprétations exposées et diffusées en France (dont les Arts Foreztiers en 2016) et à l’étranger. En 2015,   il participe à deux ouvrages collectifs de fiction (Le Monde d’Lo et Les Mondes de Mithra) aux éditions CMDE (auxquelles il participe). Il codirige avec Frédéric Mathevet la revue en ligne L’Autre musique (www.lautremusique.net).

_mg_6345

Monika Siejka, Christian Gatard, Hervé Fischer, Bernard Boisson

Monika SIEJKA, « L’imaginaire de la forêt dans la série Desperate Housewives : le monde menaçant du secret et de la mort »

Diplômée de Sciences Politiques et docteur des universités (Paris Saclay), Monika Siejka a dirigé l’Institut International du Multimédia (Paris La Défense). Elle intervient aujourd’hui comme enseignante et conférencière internationale, spécialiste des réseaux sociaux, du multimédia et des séries américaines.

————-

Le séminaire  Ethiques & Mythes de la Création associe  depuis 2008 l’Institut Charles Cros (programme de recherche « Éthiques de la Création »), le Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Paris Saclay) et Innovaxiom. L’Institut Charles Cros entre en 2016 en partenariat avec la Fonderie École de l’Image, qui regroupe 600 étudiants  en CFA Ile de France.

Le Campus Fonderie de l’Image (80 rue Jules Ferry, 93170 Bagnolet) forme aux métiers de la communication numérique, du design graphique et du management de projets multimédia. Lieu ouvert et créatif, le Campus Fonderie de l’Image ouvre au public ses conférences, rencontres professionnelles et événements de la culture visuelle.

_mg_6331

Céline Mounier, Véro Béné, Benedetto Repetto, Sylvie Dallet

Entrée libre dans la mesure des places disponibles (inscriptions préalables : sylvie.dallet@uvsq.fr).

Les textes originaux de cette séance de la FORÊT IMAGINÉE est consultable sur le site www.lesartsforeztiers.eu

————————————————-

EN NOVEMBRE

 Le 30 novembre 2016,

L’Institut Charles Cros  (séminaire Éthiques & Mythes de la Création),  Innovaxiom, le Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines ( UVSQ, Paris Saclay) sur le campus de la Fonderie École de l’Image ,  sous le titre de :

danielle-boisselier-effusions-cosmiques

Effusions Cosmiques (création Danielle Boisselier, soie)

« VAGABONDS des ÉTOILES,  les nouveaux mythes du Cosmos« .image001

 Lieu : Amphithéâtre de la Fonderie École de l’Image, de 9 à 18 heures.

(80 rue Jules Ferry, Bagnolet, métro Gallieni), Entrée libre sur inscription (sylvie.dallet@uvsq.fr)

Ce colloque, en partenariat avec la Fonderie École de l’Image, entend approfondir et développer les thèmes abordés par le séminaire le 9 décembre 2015 qui s’est déroulé au Centre National d’Études Spatiales (CNES).

Durant ce colloque, les mythes du Cosmos seront abordés au prisme des questionnements d’actualité, précédés d’une introduction transversale aux interrogations sociétales. Les axes de cette séance sont plus particulièrement attentifs aux thèmes : « Un univers en expansion ? », « La Terre revisitée » et « Les nouveaux objets connectés de l’espace ». Le dramaturge Armand Gatti (La Poésie de l’étoile) l’a ainsi formulé : « Nous sommes nés de l’agonie d’une étoile. (…) Nous sommes tous des éléments de cette agonie. Des naufragés du temps et de l’espace. Et seul le verbe peut nous aider à retrouver l’éclat défunt de cette étoile… »Dans cette interrogation, les chercheurs, artistes et scientifiques, doivent se retrouver dans des imaginaires fluides qui relient éthique et esthétique du Cosmos.

Le cosmos est un espace où l’être humain s’aventure d’abord par son imagination. Pour comprendre la réalisation des aventures contemporaines liées à l’espace, le colloque Vagabonds des étoiles, les nouveaux mythes du Cosmos, envisage les enjeux stellaires de l’aventure humaine, dans la multiplicité des horizons mythiques qui les relient. À rebours, le titre de Vagabonds des étoiles rend hommage au roman éponyme de Jack London, consacré aux voyages intérieurs. Les nouveaux mythes du Cosmos  seront abordés au prisme des questionnements d’actualité, précédés d’une introduction transversale aux interrogations sociétales.

Ce colloque a été préparé en 2015, par le séminaire Éthiques et Mythes de la Création du 9 décembre 2015 au CNES : les premiers exposés de Jacques Arnould, Sylvie Dallet, Daniel Kunth, Claude-Samuel Lévine et Michel Viso sont actuellement consultables sur You Tube (Innovaxiom). En juin 2016, une séance « Des Mythes et des cieux »  a renouvelé le dialogue entre Jacques Arnould et Sylvie Dallet, lors des Mardis de l’Espace, préparés par le journaliste Paul de Brem pour le CNES (consultables sur You Tube/Innovaxiom).  « L’imaginaire est plus important que le savoir »  aurait dit Albert Einstein… cette affirmation pèse son poids quand il s’agit de sommes colossales  engagées dans des explorations incertaines.

Les questionnements du colloque seront articulés à partir d’observatoires divers, tels que :

– Les scénarios explosifs des origines, du Big Bang à la mise en scène audiovisuelle

– Spatialiser les vivants, ou l’odyssée des voyages interstellaires

– Imaginer et signaler des civilisations nouvelles

crayon-et-aquarelle-maud-boulet-2-001

Dessin Crayon & aquarelle (Maude Boulet 2015)

– La « Perle bleue des étoiles », retour vers la Terre

Ce colloque interdisciplinaire entrelace des séquences artistiques  et imagées avec des récits d’expérience, et confronte des interventions des sciences humaines et d’astrophysique.

Cette exploration du Cosmos par les mythes qui le sous-tendent, correspond au programme de recherche interdisciplinaire  international Éthiques de la Création. Dans cette interrogation, les chercheurs, artistes et scientifiques, doivent se retrouver dans des imaginaires fluides qui relient éthique et esthétique du Cosmos.

Entrée libre sur inscription obligatoire pour des raisons de sécurité (renseignements & inscriptions : sylvie.dallet @uvsq.fr)

——

Déroulé du Colloque du 30 novembre 2016

Matinée  (de 9 heures à 12 heures) et après midi (14 heures à 18 heures)

9 heures, accueil des participants et du public.

9 heures 30 :

Jacques ARNOULD (éthicien, Centre National d’Études Spatiales, Paris), Ouvrages de références récents : Dieu, le jour d’après. Une brève théologie des catastrophes, ATF France, 2015, Une perle bleue. L’espace, la Terre et le changement climatique, Cerf, 2015, Demain l’espace, Éditions du Cherche Midi, 2016.

Titre de la Communication : De la nécessité des mythes à l’heure du nouvel espace. 

Résumé : Afin que le Monde soit vrai en ce moment pour nous, ce colloque  entend traiter des mythes qui peuplent notre espace contemporain, mythes nécessaires, rémanents, féconds… Cet exposé introduit le colloque « Vagabonds des étoiles ».

Elsa COURANT (normalienne, agrégée de Lettres, doctorante  de l’ENS Ulm (ED 540) et de l’université de Bâle) :

Titre de la Communication : Le voyage astral dans la culture populaire du XIXème siècle : l’exemple du Musée des familles.

Résumé : À partir d’un exemple de la para-littérature du XIXème siècle, les « Études astronomiques » de Boitard parues dans le Musée des familles, nous nous proposons d’étudier les formes et les enjeux de l’imaginaire populaire du voyage spatial et des autres mondes planétaires. Vingt-cinq ans avant Jules Verne, Boitard proposait un modèle de récit illustré mêlant savoir et fiction, en une forme littéraire moderne rappelant le ton satirique des voyages de Micromégas. À ce titre, on peut y voir un modèle à la jonction des récits interstellaires des débuts de la science-fiction moderne et des voyages imaginaires des siècles précédents.

Véronique ATALY (comédienne théâtre et cinéma, scénariste de téléfilms et séries, Région parisienne)

Titre de la Communication : De Cassiopée aux contes de l’Univers, la télévision à la recherche des étoiles

Résumé : Véronique Ataly a scénarisé et présenté pour la télévision les premiers magazines entièrement dédiés au ciel et la conquête de l’espace : la série Cassiopée,  composée de dix-neuf émissions mensuelles diffusées par France Supervision (1995 à 1997) est consacrée aux sciences de l’Univers. Jean-Pierre Luminet en a assuré la direction scientifique et la co-rédaction. Elle a aussi participé avec Jean-Pierre Luminet à l’écriture d’une série de treize documentaires sur les Contes de l’Univers pour France 5 (2001)  et d’un documentaire de création pour Arte : Les vagabondes du Ciel (1999). Son exposé retracera les choix qui ont présidé à la création de ces émissions télévisées.

Patrice LÉCHE (professeur de lettres en E.P.L.E Belfort, chercheur sur les mythes)

Titre de la communication : The Silver Surfer, du cosmos des comics américains à l’univers des bandes dessinées françaises

Résumé : En 1966, sous l’égide de Stan Lee et de Jack Kirby, apparut un personnage atypique dans l’univers des comics de Marvel : venu d’une planète lointaine, ayant traversé l’espace pour son maître Galactus, le dévoreur des mondes, The Silver Surfer fit son entrée. Or, dans la galaxie des protagonistes issus de la fécondité créatrice de Lee, il est un des premiers à avoir une deuxième série pour expliciter ses origines, et un des rares à avoir rencontré le dessinateur français Jean Giraud/Moebius en 1988, signes de la richesse qu’il renferme dans le temps comme dans l’espace pour le public, tout à la fois témoin d’une époque mais aussi de mécanismes plus anciens du récit mythique, richesse sur laquelle notre étude surfera.

Ivan MAGRIN-CHAGNOLLEAU (artistes image & son, CNRS, Paris): une Performance  du Zodiaque

01mini

L’arbre au milieu du Monde (Suzy Tchang@, 2015)

Après Midi (de 14 heures à 17 heures) :

Nicolas GAUVRIT (mathématicien et cognitiviste, Paris), quelques ouvrages : Vous avez dit hasard ? Entre mathématiques et psychologie (Belin, 2009) ; Causes toujours ! Les pièges de la causalité. (Book-e-Book, 2013) avec Isabelle Drouet ; Les surdoués ordinaires (PUF, 2014).

Titre de la communication : Rumeurs de vie extraterrestre

Résumé : L’idée que des créatures extraterrestres intelligentes ont visité notre planète répond à un désir ou à une peur prégnante, à une horreur du doute. Avec la puissance de diffusion d’Internet, des rumeurs d’enlèvements, les témoignages d’ovnis ou de rencontre « du troisième type » se répandent comme la poudre et, le plus souvent, sont rapidement démystifiées par quelques rationalistes. Nous verrons sur quelques exemples comment certains arrivent avec du matériel simple (photos, vidéos), et en réalité non concluant, à convaincre de nombreux citoyens de l’existence d’extraterrestres. Nous verrons aussi comment, dans un style plus scientifique, les mathématiques sont quelquefois utilisées de manière malhonnête pour arriver à une conclusion similaire. Finalement, il nous faudra encore pour l’instant accepter le doute : ni mathématiques ni photographies ni témoignages ne peuvent aujourd’hui répondre à la question intrigante de l’unicité de notre planète.

Daniel KUNTH (astrophysicien, directeur de recherches CNRS, Paris), quelques ouvrages de référence : L’astrologie (avec Ph. Zarka), Que Sais-Je-PUF, 2005, Le Grand Univers et nous,  Bayard 2005, Les mots du Ciel, Poche, 2015

Titre de la communication : Ciel ma ville : comment se représente on le ciel ?

Résumé : Aux côtés de la science astronomique qui procède par des explorations précises et segmentées, le promeneur urbain déchiffre de moins en moins les messages du ciel, au-delà des quelques mots que les médias lui renvoient : « Big bang », « trous noirs », « matière sombre »… un précipité des nouvelles peurs contemporaines.  Le ciel, mystérieux ou indifférent, semble désormais confisqué par un vocabulaire allégorique qui se détourne de l’expérience. Les habitants des villes ne regardent plus le ciel ni ne l’interrogent, comme naguère les bergers accordaient leurs chemins aux parcours des étoiles. Imaginer une signalétique céleste à l’attention des passants peut constituer, pour les artistes et les citoyens, un nouvel enjeu de la vie urbaine. 

Monika SIEJKA (docteur des universités, enseignante en télévision, & réseaux sociaux, ancienne directrice de l’Institut International du Multimédia Paris La Défense) :

Titre de la Communication : Skywalker, le marcheur du Ciel dans Star Wars.

Résumé : Comment ne pas s’interroger sur le succès planétaire de Star Wars, Guerre, non pas des Étoiles, mais Guerres de l’Étoile? Comment ne pas se poser la question de la nature de ce succès, du rêve qu’il a suscité et suscite encore. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, bien sûr, mais l’attachement à la saga est bien plus révélateur. C’est « plus » qu’un film. C’est un monde. Un monde de héros et d’étoiles, de combats où la Force du Bien doit renverser son côté obscur pour rétablir l’équilibre cosmique. Son principal héros, Luke Skywalker, le marcheur du Ciel, dont le nom était initialement Starkiller, soit le tueur de l’Étoile, lutte contre les forces de l’Étoile de la Mort. Étoile lumineuse contre Étoile tueuse, dans le monde fictionnel du space-opera, Star Wars se déploie comme un mythe universel et renouvelle le rêve de la conquête de l’espace ainsi que l’a bien entendu la Nasa d’ailleurs. « Il y a bien longtemps dans une galaxie lointaine, très lointaine… »

 Franck WATEL (graphiste, scénographe, auteur de la série Les Iles d’Auvergne) :

Titre de la Communication : Archéologies de Mars 2540

Résumé : On a retrouvé dans un vallon boisé d’Auvergne les archives d’un entomologiste du XXVIeme siècle : Imago Sékoya. Ses carnets de voyages dévoilent une étonnante vision de notre avenir. En 2540 la planète Terre est victime d’une inexorable montée des eaux et sur Mars la colonisation humaine entre dans son second cycle de terraformation. Liée au végétal et la préservation de l’eau, la théocratie martienne s’unit autour d’une pensée politique issue du très ancien taoïsme chinois. La société de colonisation s’organise en huit peuples, gardiens de huit forces, qui se divisent chacune en huit tribus détentrices de soixante-quatre qualités essentielles.

Depuis plus de vingt-cinq ans, une équipe de créatifs conduit cette parabole sous la haute autorité conjointe de L’INRAF (Institut National de Recherches d’Archéologie du Futur) et de l’IMPA (Institut Martien de Propriété Artistique).

Sylvie DALLET (historienne & philosophe, responsable du séminaire Éthiques & Mythes de la Création)paris-match-la-lune

Titre de la Communication : L’Homme a décroché la Lune

Résumé : En 1969, l’hebdomadaire Paris Match  fait minutieusement le récit de l’alunissage des cosmonautes américains, devenus des stars. Si le cinéma taquine la Lune de Méliès à Joris Ivens, la création picturale cède le pas devant les photographies  de l’exploit. En 1999, l’artiste italien Maurizio Cattelan sculpte dans la cire une effigie du pape Jean-Paul II écrasé par une météorite sous le titre de « La neuvième heure ».  Le ciel se désagrège  par un retour de l’inconnu, des voyageurs lunaires à la planète rouge… 

 Quelques photographies du Colloque Vagabonds des étoiles, les nouveaux mythes du Cosmos… avant  d’autres  images vagabondes en janvier 2017 !

 Et  bientôt les vidéos consultables sur You Tube : celle de la conférence de Daniel Kunth  (https://youtu.be/-eubv3jMSe4) puis celle de Sylvie Dallet                 (https://youtu.be/fYrZ87iXxHA) et les autres à venir…

watel-dallet-vagabonds-des-etoiles

Franc Watel & Sylvie Dallet

nicolas-gauvrit-2

Nicolas Gauvrit

daniel-kunth

Daniel Kunth

 

 

 

 

————————                                      ANNONCE du 18 décembre 2016

 En cette fin d’année le livre « Arts Négritudes et métamorphose identitaires« , 8ème ouvrage de la collection de l’Institut Charles Cros est paru ! Vous pouvez le commander à l’Harmattan pour 22 euros 50.
 les auteurs sont à votre disposition pour un parler : Daniela Ricci, Thomas Cepitelli et Tierno Ibrahima Dia ont coordonné l’ouvrage.
 Préface de Mahamadou Lamine Sagna, Introduction de Béatrice Fracchiolla et le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord. La couverture est illustrée par un tableau original du peintre haïtien Eddy Saint-Martin.

 Après l’ouvrage sur les Inuits,  septième livre de la collection Éthiques de la Création, nous sommes heureux de présenter ce beau travail sur les résistances et les créativités noires. 

2016-11-21-arts-negritudes-2

————————————————————————————————————————————————————————————————————————————–

Le bras qui signe (photo Sylvie Dallet)

                                                                                                                               ANNÉE 2015

Annonces du Séminaire Éthiques & Mythes de la Création (EMC) , deux séances  se suivent sur des thèmes différents, mais liés, les 2 et 9 décembre : 

– le 9 décembre 2015 au Centre National des Études Spatiales :  Vagabonds des Étoiles

Cette dernière séance de l’année 2015 (de 14 heures à 17 heures 30) se déroulera exceptionnellement au CNES (2 place Maurice Quentin, à Paris). Elle rassemble des spécialistes en astrophysique, attentifs à la galaxie des mythes qui accompagnent l’exploration de l’espace. Elle préfigure le Colloque international « Vagabonds des étoiles, l’aventure mythique du Cosmos », qui se déroulera les 9 et 10 décembre 2016, en une galaxie scientifique et artistique francilienne.

La séance VAGABONDS des ÉTOILES a été organisée par Jacques Arnould (CNES), Sylvie Dallet (EMC) et Laurence Honnorat (Innovaxiom). Le titre de Vagabonds des étoiles rend hommage au roman éponyme de Jack London. Les nouveaux mythes du Cosmos  seront abordés au prisme des questionnements d’actualité, précédés d’une introduction transversale aux interrogations sociétales. Les axes de cette séance sont plus particulièrement attentifs aux thèmes : « Un univers en expansion ? », « La Terre revisitée » et « Les nouveaux objets connectés de l’espace ». Le dramaturge Armand Gatti (La Poésie de l’étoile) l’a ainsi formulé : « Nous sommes nés de l’agonie d’une étoile. (…) Nous sommes tous des éléments de cette agonie. Des naufragés du temps et de l’espace. Et seul le verbe peut nous aider à retrouver l’éclat défunt de cette étoile… »

AFFICHE_VAGABOND_15-4

                     Interventions :

Sylvie DALLET: «Du baiser des planètes» à l’inconscient du Petit Renard »

L’influence des étoiles et des planètes est une constante des mythes de l’enfantement du monde. Cet inconscient spatial circule et s’exprime entre les figures de chasse, d’animalité et de transgression, jusqu’à se diluer aujourd’hui à l’ombre des «conquêtes spatiales ».

Historienne et philosophe, Sylvie Dallet coordonne l’étoilement du programme international de recherches Éthiques de la Création (Institut Charles Cros), dont le séminaire Éthiques & Mythes de la Création est une des branches. Elle a publié avec Émile Noël en 2012, les Territoires du sentiment océanique, et dans ce recueil, l’article « Vagabonds des étoiles » consacré au chamanisme.

Daniel KUNTH : Des hommes célestes

L’homme par sa position verticale et la possibilité de lever son regard vers le ciel clouté du mystère des étoiles lui ont fourni les moyens d’observer et de penser le ciel pour éclairer ses rêves et répondre à ses lancinantes questions. Le ciel reste pourtant singulièrement muet, mais fut dépositaire d’un ordre divin et la clé du mystère de nos origines. Après l’invention de la lunette, l’homme se donne des outils qui transforment peu à peu le monde clos en un univers infini que l’on questionne différemment.

Daniel Kunth, astronome à l’Institut d’Astrophysique de Paris (IAP) est directeur de recherches au CNRS, spécialiste de l’étude de l’origine et de l’évolution des galaxies.   Il s’est fait connaître du grand public comme initiateur de la Nuit des Étoiles en 1990 et chroniqueur. En 1992, il a rédigé à la demande d’Hubert Curien sur la place du chercheur dans la vulgarisation scientifique. Il participe de différents projets tels Les Oreilles dans les Etoiles, livre-CD écrit avec Jacques Lanzmann et Michel Boujenah, ou Peut-on penser l’astrologie : Science ou Voyance ?ou le musée du Planétarium de Vaulx-en-Velin. Son dernier ouvrage Les Mots du ciel (2015) signale dans le langage, les expressions célestes.

Michel VISO : « la Mémoire de l’espace et l’aventure des vestiges »

Aller dans l’espace pour regarder la Terre, meuble notre imaginaire d’instantanés du jour. Mais aller plus loin, vers des planètes comme Mars ou des objets tels que les comètes ou les astéroïdes, explore les vestiges de notre origine spatiale. Les télescopes spatiaux qui scannent le spectre électromagnétique sondent, eux, l’origine des galaxies et de l’univers. L’espace est aujourd’hui le voisinage que l’espèce humaine habite, explore et utilise ainsi que l’ultime infini à explorer qui recèle les réponses à nos questions les plus fondamentales.

Vétérinaire de formation, Michel Viso a rejoint le Centre national d’études spatiales (CNES) en 1985 comme candidat spationaute. Il a collaboré à de nombreux projets spatiaux mais n’a pas effectué lui-même de vol spatial. En 2004, il prend la responsabilité de l’exobiologie au CNES à la recherche de la vie dans l’Univers. 

Claude Samuel LEVINE : Musiques des étoiles

Musicien, compositeur et interprète, Claude Samuel Lévine expérimente les sonorités du theremin, dont il jouera lors du séminaire « Vagabonds des étoiles ». Également compositeur dans le domaine du multimédia, il a réalisé en 2013, la partie musicale associée au livre La Nouvelle Musique des Sphères en association avec l’astrophysicienne Sylvie Vauclair. Cette œuvre musicale est liée aux vibrations acoustiques qui ont été observées dans les étoiles.

Jacques ARNOULD : « L’homme sans horizon »

Résumé : En gravissant pas à pas les barreaux de l’échelle de Jacob, l’homme a d’abord vu son horizon reculer pour, un beau jour d’octobre 1957, disparaître. Moment inimaginable pour nos ancêtres, défi pour notre génération et celles qui suivront… Et si nous tentions de prendre la mesure de cette démesure ?

Ingénieur, historien des sciences, théologien, Jacques Arnould est chargé des questions éthiques au Centre national des études spatiales (CNES). Il vient de publier Une Perle bleue. La Terre, l’espace et le changement climatique, aux éditions du Cerf.

——————

Le séminaire EMC est un séminaire de recherche ouvert, qui aménage des espaces de dialogues après les interventions de chaque invité. La vidéo des exposés, réalisé par Innovaxiom  est consultable sur You Tube au nom de chaque intervenant.

le 2 décembre 2015 à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord  (avenue George Sand, ST Denis): 

                                                                                                                                 – Mythanalyses sensibles et vagabondes… 

Retours d’expériences et quêtes subtiles. Avec Orazio Maria Valastro (Sociologue, Directeur scientifique de M@gm@), Ana Maria Peçana (Sociologue et muséographe, Brésil/France),  Corine Lecarrer (ethnologue spécialisée sur les plantes) , Véro Béné (graphiste et peintre, créatrice du Blog du Lézard)

Sylvie DALLET :  Introduction : de « l’ordre des choses » au  « vieux désordre de la création » 

Ana Maria PECANHA :  Petits récits cousus de mythologie : de la fourmi tisserande aux costumes de théâtre de Bakst

Résumé : Comment l’histoire de la construction du nid de la fourmi tisserande, produit de son travail ininterrompu et obstiné peut-il être relié à la création totalement poétique et symbolique du travail de Léon Bakst soit-il pour les Ballets russes, la scénographie, la mode, la création et l’art ?

Parce que, et je le crois fièrement, la vie et la mode peuvent être comprises comme étant un état d’esprit prenant ses sources dans l’univers créateur de l’art et du mythe …Peut-être, avons-nous besoin « d’être humble et enthousiasmé », pour vivre dans le bonheur, qui en grec,   signifie littéralement « garder un dieu en soi » !Notre expérience de la vie est le résultat de nos origines, de notre ressenti et de la compréhension que nous avons du monde auquel nous appartenons. Les transformations acquises sont le résultat du travail d’une pensée à l’oeuvre.  Ici, ces petits moments vécus relatent combien les techniques de précision peuvent construire en beauté  un nid, qui révèle un parcours obstiné et onirique de la parure.

CV : Sociologue et muséologue, vit et travaille en France depuis 1998. Chercheuse associée au Laboratoire d’Éthique Médicale & de Médecine Légale – EA4569 « Éthique, Politique & Santé », dirigé par Christian Hervé, Université Paris Descartes. Centre Universitaire des Saints Pères, Paris. Responsable du Séminaire Franco Brésilien. Au Brésil, doctorat en sciences de la communication à USP, en 2001. «Le miroir de sorcière : Mode, beauté et séduction», dirigé par Tupã Gomes Corrêa. En France, doctorat en sociologie, Université Paris Descartes, Sorbonne, 2008. « La soie déchirée. La Mode comme état d’esprit de la postmodernité » Et quelques études postdoctorales, sous la direction du professeur Michel Maffesoli, entre les années 2007 – 2012. Responsable du Séminaire Franco Brésilien à partir de 2008, et du Gemode (2001-2008) au Ceaq.

Chercheuse au sein du Groupe ETHOS: Communication, Comportement et Stratégies Corporelles. Université Fédéral de Rio de Janeiro. Direction Nizia Villaça. Collaboratrice à l’Osservatorio Processi Comunicativi. Associazione Culturale Scientifica. Muséologue.  Conférences, cours d’histoire de l’art. Université Populaire de Caussade. 2011, 2012, 2013. Membre du Groupe d’études C. G. Jung, et membre de l’Association « Marie-Louise von Franz et Carl Gustav Jung ».

Orazio Maria VALASTRO : Quêtes mytho-biographiques

Résumé : Le titre suggestif de cette rencontre, Mythanalyses sensibles et vagabondes, sollicite pleinement ma pratique de la sociologie et de la formation à l’écriture de soi. Cette expérience qui prend forme de la narration et à l’écriture d’histoires de vie, nous apprend à voir ce que les autres ne voient pas encore, ce désir de fabulation à la recherche d’une narration pour comprendre l’étrangeté du monde. L’exigence contemporaine de mise en récit du vécu de femmes et d’hommes, est pénétrée par un besoin vital d’amour dans le mouvement de l’écriture, transformant un exercice funambulesque, en dehors du flux de l’existence, dans une posture d’écoute sensible pour vivre poétiquement la vie. Écrire sa vie, il n’y a pas de chose plus difficile. C’est une aventure pédagogique, un voyage dans des territoires nocturnes, symboliques et existentiels, qui transcendent la personne au travers une pluralité de mondes et d’existences. Fabulation et création poïétique nous permettent d’explorer une narrativité mythique animant un désir de soi et du monde. Celle-ci réenchante notre rythmique existentielle, dans l’interdépendance des rythmes biologiques et psychologiques, anthropologiques et cosmiques. Considérer l’écriture de soi dans cette perspective, offre au mythe contemporain de la quête, des quêtes mythobiographiques, pour rendre présente et visible la vie, dans son inconciliable beauté et l’altération de l’existence humaine.

CV: sociologue et chercheur indépendant, Orazio Maria Valastro vit en Sicile. Membre de la Société internationale de mythanalyse, a fondé en 2002 et dirige les publications de M@gm@, revue internationale en sciences humaines et sociales. Formateur autobiographe dans les écritures relationnelles de soin, diplômé à la Libre Université de l’Autobiographie d’Anghiari, dirige depuis 2005 les Ateliers de l’imaginaire autobiographique de l’organisation de volontariat Les étoiles dans la poche: un projet d’éducation socioculturelle de l’expérience de la narration et de l’écriture de soi, partageant une pédagogie de la mémoire et de l’imaginaire et une éthique de l’écoute sensible de soi et de l’autre. En 2012 il a créé Thrinakìa, un concours international d’écritures autobiographiques dédiées à la Sicile. En France, il a étudié la sociologie à l’Université René Descartes et l’imaginaire dans l’écriture de soi avec son doctorat en sociologie à l’Université Paul Valéry. En Italie il s’est perfectionné en Théorie et analyse qualitative à l’Université La Sapienza de Rome.

Parmi ses publications récentes en langue française : la direction d’un projet de recherche international de la revue M@gm@, Mythanalyses postmodernes de la santé mentale (Les Cahiers de M@gm@, Roma, Aracne Editrice, 2014) ; un article sur la fabulation et l’imaginaire dans les récits contemporains de la Sicile, Mythanalyse de l’Île : polysémie de l’imaginaire de Thrinakìa (M@gm@, vol.12 n.3, 2014) ; un recueil d’articles autour de l’écriture de soi, Écritures sociologiques d’ailleurs (Les Éditions du Net, 2013).

Corine LE CARRER : L’humain arboré dans la société ngäbe de Panama

Résumé : À l’image de la plante adventice ka qui donne son nom à un des cycles cérémoniels, les Indiens ngäbe (du Panama et du Costa Rica) représentent la croissance des hommes de manière similaire à celle des végétaux, eu égard aux temporalités des productions vivrières, différentes selon qu’il s’agit de celles des arbres ou des plantes. À un niveau, la femme est comparable à un arbre inaugurant sa fécondité par le premier enfant conçu, l’enfant mubae, dont l’identique sur le plan arboricole est le premier cacao de la première fructification du cacaoyer, kwa mubae. On abordera en particulier la descendance des humains et les échanges faits avec des arbres spécifiques de l’environnement de cette société.

CV : Corine Le Carrer a soutenu sa thèse en 2010 à l’EHESS sur les rituels de vie constituant la société des Ngäbe du Panama, en parallèle de ses activités à la Fondation Maison des Sciences de l’Homme. Elle poursuit ses recherches en particuliers sur le cacao et ses rites en lien avec la connaissance chamanique.

Véro BÉNÉ : Les esprits du lieu : méthodes et chemins de la création artistique

 Résumé : Le souvenir des grands mythes reflue sur les rives de l’Allier ; la plage forme un théorème de pierre et d’eau, un lieu achevé et pourtant en attente. C’est là que « le grand sauvage à tête de chien » traversa la rivière en crue, portant l’enfant qui bénissait le monde.

De l’union de l’antique géologie et de la légende, naît cette ponctuation de l’espace qu’est le Lieu, passage obligée de l’apparition. Lorsque le temps s’abolit, le monstre mythologique surgit du paysage, permettent la capture de l’imaginaire par le geste et par le dessin. Je reste, en chasseresse tapie, auprès de ces espaces obscurs, où le paysage rencontre la mémoire longue du mythe – et le permet.

CV : Véronique Béné vit et travaille à Chanteuges (Haute-Loire). Dessinatrice et graphiste professionnelle, diplômée de l’ENSAD (Arts Déco Paris), elle a créé l’Agence Vivadesign (http:/www.vivadesign.fr). Collabore au Festival des Arts ForeZtiers (Chavaniac-Lafayette) et anime un blog personnel, www.blogdulezard.net

————————

IMG_4194 Dimanche 29 novembre en matinée, Gisèle Bessac, membre de l’Institut Charles Cros, a été décorée par Xavier Emmanuelli, ancien ministre et fondateur du Samu social, officier de la Légion d’Honneur, pour son travail innovant   (site internet : giselebessaclmo.com) et le rayonnement de sa pensée dans les domaines sociaux, médico-socio et socio-culturels.

La cérémonie s’est déroulée  sur le lieu de travail de Gisèle Bessac (39 boulevard Magenta, 75010 Paris) en la présence de ses proches. Les discours de Xavier Emmanuelli et de Gisèle Bessac seront bientôt consultables dans la rubrique « Nouveaux articles » de l’Institut Charles Cros.  Nous sommes très admiratifs du parcours de Gisèle Bessac et le portrait que Xavier Emmanuelli  dresse de sa personnalité, témoigne de ses qualités d’engagement, de droiture, d’empathie et de subtilité.

 

 

 

——————–
La
signature-évènement organisée autour du livre de Giulia Bogliolo Bruna, Les Objets Messagers de la Pensée Inuit (Collection « Éthiques de la Création »-Institut Charles Cros/Ed. L’Harmattan, préface Jean Malaurie, postface Sylvie Dallet)  se déroulera à la Librairie du Musée du Quai Branly le dimanche 8 novembre 2015 après-midi.

La signature s’accompagnera, à partir de 15 heures, d’une lecture (au sein même de la Librairie) de poèmes, contes et mythes inuit et de récits autour du chamanisme arctique, par des comédiens professionnels.

——————–

Le séminaire « Éthiques et mythes de la Création » continue ses séances à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord le 4 Novembre 2015 de 14 heures à 17 heures 30

Ancrer les transformations: épistémologie des objets magiques.

Les expériences de Gilbert Simondon et de Pierre Schaeffer.

Ponctuations cybernétiques : pierres, tambours, machines, multimédia, monnaies…

Lieu : Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord (20 rue Georges Sand- Saint Denis) métro Front Populaire

Avec la participation de Vincent Bontems, Thierry Gaudin, Frédéric Pascal.

Déroulé de la séance : Sylvie DALLET : introduction aux résurgences mythiques et énergétiques dans la culture technique.

Thierry GAUDIN : La monnaie, ce grand fétiche

J’ai fait la connaissance de la réalité de la réalité à travers Castañeda et le travail de l’école de Palo alto. Comme je m’occupais à l’époque d’innovation, ça m’a inspiré un livre intitulé « pouvoirs du rêve », qui a été mis en ligne, à la demande de Jacques Perriault, par le CNRS avec la trentaine de numéros de la revue Culture technique. Depuis, la question des rêves des humains et des objets magiques s’est peu à peu précisée, jusqu’à m’inspirer d’une part une prospective des religions, d’autre part des réflexions sur le grand fétiche des sociétés modernes, je veux dire la monnaie.

CV : Après avoir construit une politique d’innovation au ministère de l’industrie et participé à la fondation du « six countries program on innovation policies » (6cp.net), TG a crée et dirigé pendant dix ans le centre de prospective et d’évaluation du Ministère de la recherche et de la technologie. Il a écrit une vingtaine de livres, la plupart en libre téléchargement ; voir http://gaudin.org

Frédéric PASCAL, La part sacrée de l’invention (Simondon/Schaeffer)   L’intérêt particulier à l’œuvre de Simondon est la mise en relation de l’ensemble des règnes physique, biologique et culturel par le concept d’information. Son approche psychosociologique servira notre étude de la collaboration et de sa part sacrée attachée aux processus de l’invention. Quelques aspects de l’entreprise de Pierre Schaeffer nourriront la discussion.

CV docteur de l’EHESS/Institut Jean Nicod/ENS, philosophe analytique de formation s’est intéressé à toutes les formes d’enregistrement, audiovisuel, sonore, graphique depuis ses usages professionnels jusqu’à ses modes d’exploitation scientifique. Son objet a été de documenter les fonctions de transmission et d’échange d’informations essentiels à l’élaboration des formes de connaissance humaine — de l’analogique au numérique et retour. Il a notamment collaboré avec le laboratoire de psychologie expérimentale de Paris V, co-organisé l’Atelier Simondon  (page web, enregistrements) et travaillé avec Vincent Bontems au laboratoire d’Etienne Klein (Larsim/CEA). Il est désormais chef d’entreprise dans le domaine de la santé et des hautes technologies.

Vincent BONTEMS : Le rapport éthique aux objets techniques (Simondon)

La référence à la magie intervient à plusieurs reprises dans l’oeuvre de Gilbert Simondon. (1) Sa théorie des phases de la Culture fait ainsi l’hypothèse d’une phase magique primordiale de l’être-au-monde. La phase technique est issue du déphasage de celle-ci et engendre la possibilité du détachement des schèmes efficaces sous forme d’objets. (2) Les individus et les ensembles techniques possèdent un halo psycho-social qui surdétermine leur circulation au sein du monde social et culturel. Ce halo technique peut hériter quelque chose de la magie quand il met en relation l’homme avec des puissances qui lui sont incommensurables, c’est-à-dire quand les objets instaurent une communication entre les échelles. (3) Mais, dans les sociétés de consommation, la valeur technique (et donc humaine) est « virtualisée » et le halo technique remplacé par un halo publicitaire de « fausse magie ». Simondon encourage un rapport éthique aux objets techniques qui, sans régresser vers l’attitude magique, restaure le respect envers la technicité, l’inventivité et la Nature.

CV : ancien élève de l’ENS-LSH, agrégé de philosophie, docteur de l’EHESS, chercheur philosophe et ingénieur expert en méthodologie de la conception au Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière (Larsim) du CEA. Il travaille sur l’innovation, l’épistémologie de la physique, la philosophie des techniques et la sociologie des sciences. Il a été secrétaire général du Centre international de Synthèse et a fondé l’Atelier Simondon à l’ENS. Il dirige le séminaire « C2I2 » à l’école des Mines et fait partie du comité d’organisation « Physique et interrogations fondamentales » de la Société française de Physique. Il a écrit un livre sur Gaston Bachelard (Bachelard, Les Belles Lettres, 2010) et ses derniers articles publiés sont : « What does innovation stand for? Review of a watchword in research policies », Journal of Innovation Economics & Management, n°15, 2014/3, p. 39-57 ; « Le cycle de la technologie chez Simondon », Cahiers Simondon, Paris, L’Harmattan, 2015, n°6, p. 7-27 ; et  « Federigo Enriques et Gaston Bachelard : le paradigme des géométries non-euclidiennes » in Charles Alunni et Yves André (éds), Federigo Enriques o le armonie nascoste della cultura europea. Tra scienza e filosofia, Pise, Edizioni della Normale, 2015.

————————————————————————————

7 Octobre 2015  de 14 heures à 17 heures 30 (salle 408 Sud)

Les figures artistiques à l’œuvre dans les révolutions.pangloss

Programme  :

Sylvie Dallet   (CHCSC-UVSQ) : Comprendre la Révolution française par les styles et les récits ?
Les révolutions européennes du XVIII° siècle (et particulièrement Révolution française) ont déterminé la naissance du mélodrame, alors qu’à l’inverse, pour l’expression plastique, la dessin l’emportait sur la peinture. Cet entrecroisement des styles où la sensibilité affleure et défie le temps, forme une trame explicative des conduites politiques du XIX° siècle.

Gilbert Schoon (Musée Histoire vivante), Les objets révolutionnaires  conservés au Musée de l’Histoire Vivante

Les mises en scène, répétitions et récits en boucle des objets de la Révolution française façonnent l’imaginaire révolutionnaire collectif, de la Commune de Paris aux révolutions du XX° siècle.

Ivan Magrin Chagnolleau (Institut ACTE, équipe de recherche EsPAS Paris I/ CNRS, réalisateur et performer) : Révolutions minuscules, révolutions du regard.
Quelques films contemporains donnent du handicap une vision qui bouleverse nos repères cognitifs et sociétaux.

Ivana Petrovic (doctorante, CHCSC-UVSQ) Pour une révolution  musicale dans les Balkans

La musique des années ’80 dans les Balkans, Punk et Novi val, les années de bonheur et de prospérité, de créativité et de la jeunesse urbaine…  Tout bascule à partir des années ’90 : la guerre commence, les républiques de la fédération yougoslave se séparent, le régime totalitaire de président Milosevic se met en place, c’est la récession. Dans ce nouveau contexte, les deux nouveaux mouvements musicaux  s’imposent : le turbo folk et le dance. Le résultat est surprenant…

 

 

 

En la présence de Frédéric Pascal (ENS Ulm), Vincent Bontemps (Ateliers Simondon ENS Ulm), Thierry Gaudin (ingénieur polytechnicien, Prospective 2100),

20150828_162001 copie

Performance Chantal Colombet (Arts Foreztiers 2015)

2 Décembre 2015 à 14 heures

Mythanalyses sensibles et vagabondes…

Retours d’expériences.

Avec Orazio Maria Valastro (Docteur de recherche en sociologie – Université Paul Valéry Montpellier, Directeur scientifique de M@gm@ Revue internationale en sciences humaines et sociales, Italie), Ana Maria Pecana (Sociologue et mythographe, Brésil/France), Corinne Lecarrer (ethnologue, France/Panama), Yannick Lebtahi (Maitre de conférences audiovisuel,  Lille).

9 Décembre 2015 à 14 heures

Vagabonds des étoiles (les nouveaux mythes du Cosmos)

Les nouveaux mythes du Cosmos  seront abordés par trois questionnements d’actualité, précédés d’une introduction transversale aux interrogations sociétales. Les axes de cette séance sont plus particulièrement attentifs à : « Un univers en expansion ? », « La Terre revisitée » et « Les nouveaux objets connectés de l’espace ».

Cette dernière séance de l’année 2015 est organisée en partenariat avec le Centre National d’Études Spatiales (Jacques Arnould) et Innovaxiom (Laurence Honnorat) et se déroulera exceptionnellement au CNES à Paris.

———————————————————-

Pour l’été, nous pouvons songer à cette phrase de l’historien et homme politique athénien Thucydide (460-400 av JC) « Le secret du bonheur, c’est la liberté. Le secret de la liberté, c’est le courage. »

L’article « De Morland à Matignon, destins voyageurs » (les pérégrinations de la Plate Forme « Créativités &Territoires », vient d’être complété et consultable sur le site de l’Institut Charles Cros.

———————–

Quelques rappels  de nos activités de l’été :

 Peinture collective par les artistes foreztiers (30 août 2015)

Peinture collective par les artistes foreztiers (30 août 2015). De gauche à droite : Anne-Marie Wauquier, Félix Monsonis, une passante, Sylvie Dallet, Vero Bene, Léda Villetard, Martine Guitton et Weixuan Li.

Du 28 au 30 août l’Institut Charles Cros  a organisé en multipartenariat  le Festival de Création Contemporaine « LES ARTS FOREZTIERS » sur le thème « L’Arbre du milieu du monde« . Le 31 août, une Journée professionnelle « Créativités & Territoires » s’est déroulée au Conservatoire national Botanique du Massif central sur le thème « Éthique et gestion forestière internationale » (partenariats Conservatoire botanique national du Massif central, Communauté de Communes de Paulhaguet et Centre Régional  de la Propriété Forestière d’Auvergne).
Un Blog  spécifique a été crée (Lesartsforeztiers.eu) pour communiquer sur cette manifestation exceptionnelle qui se déroule sur la commune de Chavaniac-Lafayette (Haute-Loire). Ce Blog enrichi d’images et de photographies de la manifestation continue à exprimer les points de vues des artistes et des scientifiques présents.

Pour tous renseignements & demandes de partenariats  ultérieurs:

arts-foreztiers@laposte.net ou contact blog Lesartsforeztiers.eu

IMG_3246

Appel Vert (photo S. Dallet)

En effet, l’aventure des Arts ForeZtiers continue à l’automne avec la publication d’un Catalogue illustré des manifestations de l’Arbre du Milieu du Monde… et des actions en Ile de France et en Auvergne sur 2015 et 2016. Les photos de la manifestation sont consultables sur le site des ARTS FOREZTIERS.

La presse a largement relayé nos actions par des articles illustrés en pleine page :

L’Éveil (21 août)

La Ruche brivadoise (23 août)

La Montagne (21 août 2015)

Le Journal du Centre (28 août 2015)

La Montagne (28 août 2015)

Le Progrès (28 août 2015)

Mon43 (actualités)

Mais aussi par des Annonces sur les site internet et Blogs :

 Les Arts Foreztiers, Allevents, AVM’s Art Magazine, CBNMC, Maison de la Forêt et du Bois Auvergne vacances, Le Blog du Lézard, Café Grenouille, DoubleSart.com, France Voyages, Le Transfo, Le chemin du bout du monde, La manivelle buissonnière, Meraviglia (de paysage en paysage), Mezenc Actualités, Nature primordiale, Nuit européenne de la chauve souris.com, Prospective du Livre, Sortir 43,Les événements, Tela Botanica (le réseau de la botanique francophone),  Zoomdici….

————————————–

De mai  à l’automne 2015, trois oeuvres peintes de Sylvie Dallet sont exposées à la galerie Urubamba (4 rue de la Bûcherie, 75004 Paris, métro Maubert Mutualité) : L’Ange à l’oiseau (acrylique sur toile), Poisson d’or  (acrylique sur toile) et Montagnes  aux présences (papier).

———————————–

photo de séminaire-EMC juin 2015

Benedetto Repetto, Wei, Liu,  Ivana Petrovic, Ivan Magrin-Chagnolleau, Frédéric Monvoisin, Barbara Tannery, Diane Watteau, Sylvie Dallet, Ziqi Peng, Tian Wang-Barrovecchio (photo Laurence Honnorat)

Le 3 juin 2015, la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord accueille la sixième séance du séminaire ÉTHIQUES & MYTHES de la CRÉATION (EMC), sous la responsabilité de Sylvie Dallet.

Adresse : 20 avenue Georges Sand, Aubervilliers (métro Front Populaire). Le séminaire se déroule de 14 heures à 17 heures 30. Programme soutenu par le CHCSC (UVSQ) et l’Institut Charles Cros.

Les Arts au chaudron des mythes

Le peintre s’adresse « au centre mystérieux de la pensée » (Gauguin) dans le bouillonnement de sa créativité. De même le cinéma, cette « usine à rêves », recompose à l’infini des histoires  que les mythes ont préparés. Cette séance explore, au travers des exemples asiatiques contemporains, la fascination constante des arts pour les récits de profondeurs qui forgent les destinées collectives.

Emmanuel LINCOT : Mythologies politiques, arts et histoire en Chine

La nature du régime politique de la Chine autant qu’un rapport singulier à l’histoire expliquent l’élaboration d’un langage – celui des mythologies politiques – que les arts, tantôt rejettent, tantôt intègrent dans leurs modalités profondes. En comprendre les enjeux revient à questionner la mouvante identité d’une société et son imaginaire ;

Emmanuel Lincot est professeur d’histoire politique et culturelle de la Chine contemporaine à l’Institut Catholique de Paris et rédacteur en chef de la revue Monde Chinois Nouvelle Asie.

Ziqi PENG : S’inspirer des mythes pour créer: les exemples de SUN Jiaping, HUANG Yongping, FENG Mengbo, LU Yang.    

L’art contemporain chinois est né il y a quelque 30 ans, lorsqu’à la fin des années 1970 certains artistes ont commencé à revendiquer leur indépendance. Au début des années 1990,  cette expression connaît une véritable reconnaissance internationale, au travers du courant pop’art politique (Political pop). Après 2000 et l’ouverture de la Chine, la démultiplication des échanges artistiques suscitent des ventes aux enchères, tandis que les galeries d’art internationales interviennent sur le marché chinois.  La majorité des artistes prennent pour source d’inspiration la politique, l’économie ou la sociologie. Il existe pourtant des créateurs, dont le but est de se défaire de cette double influence : politique chinoise et financière occidentale. Ceux-ci expérimentent une voie difficile et singulière, inspirés par des croyances ancestrales et de grandes légendes. Ainsi, SUN Jiaping, HUANG Yongping, FENG Mengbo et LU Yang ont choisi de « s’inspirer des mythes pour créer. »

Après un double Master français (« montage de projets artistiques et culturels » et  « management »), Ziqi Peng a travaillé au sein d’une grande galerie d’art, puis, pour la société You Tube en tant que producteur exécutif de documentaires. Depuis 2008, elle exerce les métiers de journaliste d’art pour des magazines chinois et depuis 2011, de commissaire d’exposition. Doctorante depuis 2014 (CHCSC-UVSQ), elle dirige actuellement la Galerie Double S (Paris) et donne des conférences sur le marché de l’art contemporain chinois.

Tian WANG-BARROVECCHIO : Joris Ivens, traducteur et créateur de la Chine contemporaine.  À travers l’œuvre du documentariste international Joris Ivens, la Chine s’est à la fois construite et rêvée. De même, Joris Ivens s’est forgée une identité nourrie de l’évolution chinoise. Ce couple mythique a évolué durant un demi-siècle  à partir du film, Les 400 millions, qui, daté de 1938, est la porte-entrée de sa relation « unique » avec la Chine…

Traductrice, journaliste et enseignante de chinois, Tian Wang termine une thèse de doctorat (CHCSC/UVSQ) sur les relations de Joris Ivens à la Chine.

Frédéric MONVOISIN : « Éthique OU mythe de la création : le cas de Hiroshima mon amour ». Le film de Resnais évoque au travers de la rencontre entre deux personnes, une Française et un Japonais, l’Histoire contemporaine. Ce film perçu comme une forme narrative de la modernité occidentale puise également son inspiration dans les expériences formelles japonaises anciennes, suscitant une fascination renouvelée.

Docteur en cinéma (U.Paris 3), chercheur associé à l’Ircav, F. Monvoisin a enseigné en France (universités Paris 1, Paris 3, Paris 10) et à l’étranger (Yonsei, Corée du Sud ; Institut des arts, Jakarta). Il a été chercheur au Centre de recherches international en études japonaises de Kyoto (Nichibunken). Spécialiste des cinémas hongkongais, taiwanais et coréens pour le Dictionnaire mondial du cinéma (Larousse), il a écrit deux ouvrages spécialisés : Cinémas d’Asie, analyse géopolitique (PUR, 2013) et Cinémas d’Asie, D’hier et d’aujourd’hui (Armand Colin, mai 2015). Il a codirigé en 2010 un ouvrage  sur la relation du cinéma et de l’art contemporain (Extended Cinema – Le Cinéma gagne du terrain).

Ivan MAGRIN-CHAGNOLLEAU :

Les films à gros budgets, tels que Tigre et Dragon et Hero, ou des films plus indépendants comme L’arbre, revisitent des histoires anciennes qui font partie de l’inconscient collectif dans les cultures où ils ont été fabriqués, en utilisant les effets spéciaux ou au contraire une façon simple de filmer au service de l’histoire et d’une poésie de l’image et du son.

Artiste-chercheur, Ivan Magrin-Chagnolleau, CNRS, est le fondateur et responsable de l’équipe de recherche EsPAS – « Esthétique de la performance et des arts du spectacle » (Institut ACTE – C.N.R.S./ Université Sorbonne Paris I). Il est aussi le fondateur et directeur de publication de p-e-r-f-o-r-m-a-n-c-e, un journal de création recherche en performance, arts du spectacle et arts visuels. Performeur, acteur, réalisateur, photographe, metteur en scène de théâtre. Site de référence : wwwivanmagrinchagolleau.com – www.p-e-r-f-o-r-m-a-n-c-e.org

 

—————–

Le 6 mai 2015, la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord accueille la cinquième séance du séminaire ÉTHIQUES & MYTHES de la CRÉATION (EMC), sous la responsabilité de Sylvie Dallet. 

Nouvelle adresse : 20 avenue Georges Sand, La Plaine Saint Denis. Métro Front Populaire

Le séminaire se déroule de 14 heures à 17 heures 30 (entrée libre) .

Thème de la séance : Terre mère : acupunctures  forestières et récits environnementaux,

Panthéismes contemporains, espaces refuges, traditions vivantes  et matières ressources

La Terre-Mère est, avec le Ciel, le Souffle et l’Esprit,  un des mythes les plus puissants de la création du monde. Ce mythe, dans sa féminité, connaît un retour de faveur dans nos sociétés contemporaines. Comment l’expliquer ? Comment comprendre la multiplicité des attentions dont elle est l’objet ? Comme pour les autres séances du séminaire, les intervenants  vont aborder ce questionnement contemporain au travers différents observatoires et confronter leurs perceptions de la Nature et de l’environnement.

En la présence de : Bernard Boisson (auteur, photographe), Catitù Tayassu (anthropologue, thérapeute, Brésil), Hélène Hibou (Land art), Michel Giran (ADOME), Les Arts ForeZtiers….

Introduction de Sylvie Dallet : Arts foreztiers  et philosophies de la Nature

Intervention de Bernard Boisson : Les forêts naturelles en prise du temps

Les forêts naturelles éveillent en nous  des impressions, sensations, sentiments que nous méconnaissons dans les villes, les campagnes et les exploitations forestières. Tout commence par une immersion dans du temps plus grand que nous, dans l’intemporalité de lieux permis à l’oubli…

Bernard Boisson, photographe-poète, philosophe et réalisateur audiovisuel, principalement auteur de deux livres La Forêt Primordiale, et Nature primordiale aux éditions Apogée. www.natureprimordiale.org

Intervention de Catitù Tayassu :Femme-arbre, femme-graine

Le Shinan (l’Art de vivre amérindien) développe les énergies en bienveillance avec la Terre-Mère.
 »Femme-arbre, femme-graine », est le symbole de ma responsabilité, lié à  mon nom amérindien, qui travaille à faire connaître des expressions traditionnelles (récits, mythes, chants…) dans la juxtaposition aux moyens du monde moderne.

Catitù Tayassu, afro-amérindienne originaire du Brésil, Docteur en Sciences de l’Éducation, Post-Docteur Histoire Culturelle, PHD en Anthropologie des Sens et des Performances Culturelles, Chercheuse Associée au Centre de Recherches Historiques (CRH-EHESS, 2003-8); Chercheuse Associée au Centre d’Études Africaines (CEAf-EHESS, 2012-2014); Chercheuse Associée au Centre d’Études sur les Performances Afro-Amérindiennes-NEPAA, Université Fédérale à Rio de Janeiro (depuis 20014), Fondatrice de l’Association « Pour la Vie Ailleurs & Maintenant », Directrice et curatrice de la Plateforme Web “Voix du Monde” et du Projet « Conscience Verte » (prévu pour 2015-2016). Chercheuse-Thérapeute pour la Pratique Thérapeutique du Shinan (massages et soins amazoniens) et de l’enseignement sur le Langage et la Danse des Arbres.

Intervention d’Hélène Hibou : artiste complète  attentive aux techniques  et aux expériences de transformation des matières (gravure, peinture, dessin), Hélène Hibou vit et travaille dans la région de Clermont-Ferrand. elle a fait des interventions remarquées dans le domaine du Land art ou elle interprète à sa façon le lien avec la Nature et les éléments (dont le Vent). Elle est intervenue en 2013 au Festival de Création Contemporaine Les Arts ForeZtiers à partir d’une haie suspendue de branchages. Son exposé portera sur la diversité de ses pratiques  de création.

 Intervention de Michel Giran : De la toile de la vie à Internet

Depuis des siècles, la plupart des peuples avaient intégré dans leur culture le fait que tous les êtres vivants sont interconnectés dans une immense toile de la vie et agissaient en conséquence.  Internet et les réseaux sociaux matérialisent-ils de cette vision au XXIème siècle ? Internet et les réseaux sociaux peuvent-ils nous aider à mieux communiquer entre nous et rééquilibrer nos rapports avec cette Nature dont dépend notre survie ?

Michel Giran, est responsable-fondateur de l’association ADOME (Association pour le Développement des Outils MultiMedia appliqués à l’Environnement) en 1996 , dont il est depuis , la cheville ouvrière : sous couvert d’ADOME , il a réalisé un certain nombre d’outils multimédia, deux ouvrages (Internet et Environnement : La Planète a besoin de nous en 1999, éditions Le Sang de la Terre et Le Guide du Développement Durable,  2003 aux éditions Alias) et un CD « SOS Planet Earth », avec les musiciens Peter Gabriel, Sergent Garcia, Johnny Clegg, Youssou N’Dour, Bebel Gilberto, I Muvrini & Sting, Toure Kunda, et Rokia Traore. Ecobase 21: www.ecobase21.net, DDoogle : www.ddoogle.fr. Michel Giran porte plusieurs projets pour la prochaine Conférence sur les changements climatiques – COP 21 – Paris 2015. Parmi ceux-ci: l’application CliMade, facilite les liens entre les experts et les représentants d’organismes diversifiés.

______________________________________________________________________________________________________________________________

Le 26 mars 2015, à l’initiative du philosophe  et membre de l’Institut Charles Cros,  Éric Delassusla Médiathèque  de la Ville de Bourges a réuni une Table Ronde  relative au livre « Éthiques du Goût », publié en 2014 dans la collection « Éthiques de la Création » (Institut Charles Cros/Harmattan). Une dédicace a suivi la conférence.

Aux  côtés des responsables de l’ouvrage,  Sylvie Dallet & Éric Delassus,  participaient deux autres auteurs de l’ouvrage, l’artiste et théoricienne Diane Watteau  et la philosophe et enseignante en arts martiaux, Sylvie Lopez-Jacob.

table Ronde Éthiques du Gout-Bourges

La séance a été filmée et son contenu est consultable sur les sites Web des Médiathèques de France.

 https://drive.google.com/folderview?id=0BzK1nT57T9PgfkJGVUF1dlFuZzJnck0yMlI3QmpmQWhZTVhYWHVCMDZqNTQ1Z24zZjhTcmc&usp=sharing

 

 

_______________________________________________

Le 25 mars 2015, la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord accueille la quatrième séance du séminaire ÉTHIQUES & MYTHES de la CRÉATION (EMC), sous la responsabilité de Sylvie Dallet.

Nouvelle adresse : 20 avenue Georges Sand, La Plaine Saint Denis. Salle 421.

Thème de la séance : Prospectives et impensés de l’Innovation.

Le séminaire se déroule de 14 heures à 17 heures 30.

Les petits pas de l’innovation  collective : les danses complexes de l’éthique, de l’entreprise et de la formation. Penser la diversité dans l’innovation.

En la présence de : Christian Gatard (Agence Gatard & Associés, consultant prospective), Maria Giuseppina  Bruna (enseignante-chercheuse, coordinatrice diversité École des Mines, consultante innovation), Monika Siejka (doctorante et consultante internationale web), Anne-Marie Petitjean (maitre de Conférences, U. Rouen, Écritures créatives, France).

Introduction Sylvie Dallet : « L’homo ludens contre le robot sapiens : le désordre créatif contre l’innovation ciblée… »

Christian Gatard  (sociologue, prospectiviste, auteur de Mythologies du Futur et de Nos 20 prochaines années, directeur de l’institut christiangatard &co) « Objets connectés avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? ».         L’innovation de pointe retrouve (réinvente comme un trésor) des sagesses ou des folies antiques  et laisse envisager des cycles d’innovations/mutations au cœur desquelles objets et êtres humains construiront un partenariat, une réconciliation… peut-être.

Maria Giuseppina Bruna (Sociologie des organisations, consultante nationale et enseignante-chercheuse, coordinatrice diversité Ecole des Mines, spécialiste de l’éthique en entreprise) : « Faire confiance et pratiquer la diversité : un enjeu d’innovation managériale »

Cette communication-témoignage  questionnera la mise en place d’une démarche de diversité (et de gestion de la diversité) à la manière d’un processus d’innovation destiné à investir une conception humaniste de l’entreprise. Dans ce cadre, j’interrogerai trois impensés de la pensée managériale de nature à impacter les dynamiques créatives : la conception de la diversité comme un arc-en-ciel des altérités, l’encastrement social de l’innovation (y compris organisationnelle), la conduite d’une démarche de diversité en entreprise comme démarche d’innovation managériale portée par des acteurs du changement, des missionnaires de la diversité.

Monika Siejka (doctorante chercheuse et consultante dans le numérique pour l’Enseignement Supérieur, fondatrice et ancienne directrice de l’Institut International du Multimédia) : Les réseaux sociaux comme le retour au récit de Shéhérazade. Les récits, tout comme ceux de la conteuse des Mille et Une Nuits se nourrissent aujourd’hui de l’interaction avec les réseaux sociaux. Sous de multiples formes et d’organisations, la Toile permet une recomposition des figures et des narrations qui fait écho aux appels des fans. L’exemple des séries télévisées, en pleine mutation narrative, est révélateur.

Anne-Marie Petitjean (Maitre de Conférences en Littérature, Université de Rouen) : « Le développement de l’imaginaire dans les pratiques de l’écriture créative »

L’université évolue dans ses pratiques créatives. Cette communication envisagera sur quelles représentations collectives de la créativité littéraire peut se fonder ce nouveau champ de recherche  en atelier.  Comment accompagnerl’émergence de l’armature critique d’une « écriture créative » universitaire ?   La question des liens entre éthique et esthétique rejoindra celle des progrès collectifs de l’imaginaire.

Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord (20 boulevard Georges Sand, La Plaine St Denis) (métro Front Populaire).

(Plan  du site,  téléchargeables sur le site MSHPN).

 

____________________________________________

Le 6 février 2015, la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord accueille la troisième séance du séminaire international ÉTHIQUES & MYTHES de la CRÉATION (EMC), sous la responsabilité de Sylvie Dallet.

Thème de la séance : Imaginaires du progrès

Créativités discrètes et innovations partagées : faire des progrès, être en progrès, comprendre le Progrès, autant d’expériences complexes qui reposent sur des gestes, des actes, des recherches et des chemins de vie. En la présence de : Giulia Bogliolo Bruna (ethno historienne, Centre d’Études Arctiques, Italie), Albert David (Professeur, Innovation, U. Paris-Dauphine, France), Hervé Fischer (artiste, sociologue Société Mythanalyse, Canada), Anne-Marie Petitjean (Maitre de Conférences, U. Angers, Écritures créatives, France).

Introduction Sylvie Dallet : « Work in progress, la dimension du chercheur artiste »
La création artistique libère l’expression et agit sur l’environnement par métamorphoses. Cette libération, traductrice indisciplinée du monde et de ses affects, de la figure mythique aux architectures abstraites, signe le degré de civilisation des sociétés contemporaines. Épanouir des savoirs aux potentialités artistiques et de recherche, révèlent des « éthiques du goût », qui participent du progrès de la démocratie. Embellir le monde et lui parler, c’est aussi le guérir.

Hervé Fischer : « Mythanalyse du Progrès »
« L’imaginaire du Progrès » né avec Le Siècle des Lumières demeure l’une des croyances les plus porteuses face à l’archaïsme religieux contemporain, dans sa soumission fataliste à Thanatos. Alors que la postmodernité nous séduit, nous avons encore et surtout une tâche colossale à accomplir au nom du progrès humain. Mais d’où nous vient ce mythe du Progrès ? Et comment en user en thérapie sociale?

Giulia Bogliolo Bruna : « Les apparences trompeuses : que signifie le progrès dans la pensée inuit contemporaine (Groenland) »
Au travers d’une méthodologie compréhensive et accueillante, cette communication s’attachera à dévoiler les ambiguïtés, les ambivalences et les contradictions inhérentes à la notion de « progrès » comme outil de décryptage de la civilisation inuit du Groenland. Et cela, notamment au regard du rapport au temps, à la morphologie sociale, aux croyances et aux expressions créatives. Pour ce faire, on mobilisera une approche interdisciplinaire et diachronique et on fera appel à une kyrielle de sources textuelles -anciennes et modernes-, directes, iconographiques et matérielles.

Albert David : « Progrès de l’imaginaire »
Des travaux récents sur les raisonnements de conception remettent au premier plan la place de l’inconnu, les processus de dé-fixation et le rôle et la structure des imaginaires. Nous avons mené un certain nombre d’expérimentations, sous forme d’ateliers d’innovation, avec des organisations industrielles ou de service, ainsi que dans le cadre de projets académiques. L’exposé s’attachera, à partir d’exemples concrets issus de ces expériences, à montrer comment agit la dialectique fixation-défixation dans la production de concepts innovants et de quelle façon on peut parler de « progrès de l’imaginaire » non seulement sur le plan cognitif mais dans la façon dont les imaginaires sont effectivement mobilisés lorsque des organisations cherchent à innover de façon plus radicale.

Anne-Marie Petitjean : « Le développement de l’imaginaire dans les pratiques de l’écriture créative »
A partir d’une présentation du réseau de recherche de Cergy-Pontoise sur les pratiques créatives à l’université, cette communication envisagera sur quelles représentations collectives de la créativité littéraire peut se fonder un champ de recherche spécifique sur l’écriture créative. A partir d’un corpus d’essais d’écrivains et de professionnels des ateliers d’écriture, seront examinées des notions susceptibles d’en bâtir l’armature critique, armature que les partisans du Creative Writing et des New Humanities appellent de leurs vœux (Dawson, 2005 ; McGurl, 2009 ; Harbach, 2014). La question des liens entre éthique et esthétique rejoindra celle des progrès collectifs de l’imaginaire dans une perspective heuristique de littérature continuée.

Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord (4 rue de la Croix Faron, La Plaine St Denis) (RER La Plaine Stade de France ou métro Front Populaire).
(Programme complet et plan du site, téléchargeables sur le site MSHPN).
Horaires des séances : 14 heures – 17 heures 30, salle de Conférences (80 places).
L’entrée est libre (inscription conseillée, sylvie.dallet@uvsq.fr).

____________________________________________

 

ni peur ni haine poussette

À la fin du XIXème siècle, le poète et savant Charles Cros  décrivait ainsi sa mise au ban de la société  des bien-pensants et bigots de l’époque :

« Je suis l’expulsé des vieilles pagodes
Ayant un peu ri pendant le Mystère ;
Les anciens ont dit : Il fallait se taire
Quand nous récitions, solennels, nos odes. »

Charles Cros, Charlette Cros et Charlie sont solidaires.
____________________________________________

Le 7 janvier 2015, la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord accueille la seconde séance du séminaire international ÉTHIQUES & MYTHES de la CRÉATION (EMC), sous la responsabilité de Sylvie Dallet.

Thème de la séance : Parentés animales de la pensée humaine

Le retour des forces spirituelles associées : animaux de pouvoir, en captivité, en soin.

Avec les contributions de :

–  Georges Chapouthier (CNRS, biologiste et philosophe) : La pensée animale

« Contrairement à ce qu’avait cru Descartes, les animaux possèdent une  intense pensée sans langage. Elle se manifeste notamment par des traits  culturels, sur lesquels on insistera, mais aussi par des mémoires et  une conscience. Tous ces faits amènent à reconsidérer la frontière qui  était supposer séparer l’homme des (autres) animaux. »

Wei Liu (doctorante CHCSC/UVSQ, artiste) : La pensée chinoise ancienne à travers le mythe de la légende du Serpent blanc

« Dans la culture chinoise, la relation entre l’humain et l’animal est profonde et stimulante. Le confucianisme naissant encourage la discussion entre savants pour définir la différence entre l’homme et l’animal et le bouddhisme aborde ce sujet par la réincarnation. La Légende du Serpent blanc, un des contes les plus populaires de la Chine, continue d’être réinterprété au cinéma, contribuant au débat philosophique.

Lorenzo Soccavo (chercheur  et conseil indépendant sur le livre & lecture, blog  Prospective du Livre) : L’animal-lecteur et la force spirituelle du langage

«  Je considère la lecture comme une activité essentielle du vivant pour décoder et documenter son environnement ; comme premier degré de lecture la reconnaissance immunitaire, et comme source des dispositifs de lecture, les artefacts symboliques du langage, aussi nous faut-il, je pense,  lire le monde à d’autres niveaux. Du chant des pistes des aborigènes australiens, aux travaux sur les lignes de l’anthropologue Tim Ingold, des chamanes aux hackers, les voies sont multiples. »

Émile Noël (Institut Charles Cros, auteur de théâtre et de radio) : Humanimal

« Voyage au pays du docteur Moreau, de l’Instrumentalité, de Dune, des bestiaires, des totems, des tabous, des rituels de vie et de mort, des animaux de batteries, des bêtes de compagnie, des monstres, des chimères, des rêves et des cauchemars. »

Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord (4 rue de la Croix Faron, La Plaine St Denis) (RER La Plaine Stade de France ou métro Front Populaire).

(Programme  complet et plan  du site,  téléchargeables sur le site MSHPN).

Horaires des  séances : 14 heures – 17 heures 30, salle de Conférences (80 places).

L’entrée est libre (inscription conseillée,  sylvie.dallet@uvsq.fr).

La première captation audiovisuelle  EMC (séance du 5 décembre 2014) est consultable sur You Tube (production Innovaxiom-Laurence Honorat).

——————————————————————————————————————————————————————————————

ANNÉE 2014

Le 5 décembre 2014, à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord, s’ouvre la quatrième session du séminaire international ÉTHIQUES & MYTHES de la CRÉATION, sous la responsabilité de Sylvie Dallet.

Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord (4 rue de la Croix Faron, 93 La Plaine St Denis) (RER La Plaine Stade de France).Programme téléchargeable sur le site MSHPN.

Horaires des  séances : 14 heures – 17 heures 30, salle de Conférences (80 places)

La création, comme l’innovation, sont des valeurs qui construisent l’architecture de l’avenir et embellissent le présent par des sauts qualitatifs.  Ces expériences  façonnent des récits mythiques, dont les Arts de l’enregistrement ont démultiplié les fenêtres expressives. Ce  séminaire interdisciplinaire, associe fortement éthiques et mythes, dans une navigation originale qui se construit avec des chercheurs francophones universitaires, artistes, experts consultants, écrivains…

En neuf séances collectives, le séminaire EMC s’associe à la Société Internationale de Mythanalyse pour revisiter quelques thèmes sociétaux. L’entrée est libre (inscription conseillée,  sylvie.dallet@uvsq.fr).

Thème EMC de la séance inaugurale du 5 décembre : La Mythanalyse ou  la société en/au miroir brisé

Méthodologie et approches de la mythanalyse, mythologie, mythocritique…

Séance en la présence du philosophe Hervé Fischer (Montréal), président de la Société Internationale de Mythanalyse et des essayistes, écrivains et consultants Luc Dellisse, Christian Gatard, Georges Lewi …

Sylvie Dallet : Ouverture du séminaire Éthiques et mythes de la Création
Hervé Fischer : Construire une théorie de la mythanalyse
Christian Gatard : Instruments de navigation du mythologue contemporain
Luc Dellisse : L’écrivain et ses mythes
Georges Lewi : Le nouveau bovarysme…
L’accueil des doctorants et des invités s’effectue dès 14 heures. La séance inaugurale débute à 15 heures.

Cette démarche épistémologique se rattache au programme de recherche international Éthiques de la Création qui, piloté par l’Institut Charles Cros en partenariats scientifiques multiples, particulièrement le Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (CHCSC-UVSQ), explore  les thèmes relatifs à la création contemporaine et aux créativités  collectives.

____________________________________________

Le 28 novembre 2014, de 14 heures 30 à 17 heures 30 La Plate Forme Créativités & Territoires est conviée au Pavillon de l’Arsenal 21, Boulevard Morland, 75004-PARIS.

Le Pavillon de l’Arsenal est le Centre d’information, de documentation et d’exposition d’Urbanisme et d’Architecture de Paris et de la métropole parisienne.
Construit en 1879, sur les lieux d’une ancienne fabrique de poudre (d’où son nom), pour un riche marchand de bois qui souhaitait y conserver sa collection de tableaux. Transformé après 1883 en entrepôt puis en annexe du Grand Magasin de la Samaritaine, il a été acquis par la ville de Paris en 1954 pour devenir un dépôt d’archives. La mairie de Paris a fait réaménager le bâtiment pour y installer le lieu d’exposition actuel, ouvert en 1988. Aujourd’hui le Pavillon de l’Arsenal est une association indépendante (association loi 1901), qui offre des espaces de consultation et d’exposition multiples, dont la plus récente consacrée à la maquette de Paris 2020.
Pour toute demande de présentation des activités de création « Créativités & Territoires », les contacts sont sylvie.dallet@uvsq.fr et jacky.denieul@emf.ccsti.eu

____________________________________________

Le 21 novembre 2014 à Bruxelles

Pour la Solidarité et le Centre de la Gabrielle MFPass organisent la conférence « Art et handicap : Pour un accès égal à l’éducation artistique et au marché de l’art pour les personnes en situation de handicap mental et/ou psychique ». Cet événement exceptionnel clôture le projet européen Art for All (www. art-for-all.eu) qui, mis en œuvre par huit organisations partenaires (dont l’Institut Charles Cros) établies dans sept États membres (Allemagne, Autriche, Belgique, Estonie, France, Italie et Pays-Bas), s’inscrit depuis deux ans dans le cadre du programme européen Grundtvig. La conférence finale est l’occasion de présenter les résultats-phares du projet : des méthodes innovantes de médiation artistique, un glossaire européen des concepts artistiques facile-à-lire et la Charte éthique européenne à destination des facilitateurs d’art.

Outre les représentant/e/s des organisations partenaires des sept pays, la conférence accueille des orateur/trice/s de qualité pour aborder la question de l’art et du handicap sous ses différents aspects.

Langues de la conférence : français et anglais (traduction disponible) Inscription : gratuite en complétant le formulaire en ligne Déjeuner offert

Par ailleurs, le vernissage de l’étape ultime de l’exposition itinérante Face to Face, rassemblant des œuvres de personnes en situation de handicap mental et/ou psychique de tous les pays européens impliqués dans le projet, est organisée le 20 novembre 2014.

http://www.pourlasolidarite.eu/fr/event/art-et-handicap-conference-finale-du-projet-art-all#sthash.hRxoCuN9.dpuf

____________________________________________

Le vendredi 14 novembre, de 8 h 30 à 19 h 00, à la Maison des Acteurs du Paris durable, au 21 rue des Blancs Manteaux, 75004 Paris (Métro Hôtel de ville).

L’Institut Charles Cros participe de la Journée de partage organisée pour les 10 ans des ECO Bussiness Angels « Sans argent, 100 RESSOURCES »

Venez avec votre « panier garni créatif », et vos « dons sans argent », afin de rencontrer des Acteurs de l’Économie Écologique et Collaborative de demain et d’aujourd’hui.

Au menu, 7 conférences, 4 tables rondes, 12 porteurs de projet et une gratiféria. CLIQUEZ SUR CE LIEN POUR VOUS INSCRIRE

____________________________________________

Octobre 2014, publication de l’ouvrage collectif « Handicaps créateurs » sous la direction de Sylvie Dallet & Bernadette Grosyeux

Cet ouvrage innovant est issu du colloque homonyme organisé par Sylvie Dallet & Bernadette Grosyeux, (Centre de la Gabrielle Mutualité de la Fonction publique) le 11 octobre 2012, à l’Institut Montsouris. Ce colloque, conçu dans le cadre du séminaire international « Savoirs créatifs, savoirs migrateurs » sous la responsabilité de Sylvie Dallet est un des dispositifs du programme de recherche Ethiques de la Création. Ce colloque avait reçu le soutien du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines, de l’Institut Charles Cros, de la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord. Il a été inauguré par le ministre de l’Education Nationale, Benoit Hamon.

Nous avons choisi de publier ce travail scientifique en édition interne par la Mutualité de la Fonction Publique, Le Centre de la Gabrielle assistée de la MAIF en subventions régionales. La directrice de la publication est Bernadette Grosyeux et Sylvie Dallet la directrice scientifique de cette expertise pionnière qui a mobilisé plusieurs équipes.
L’édition qui est issue du colloque remanié peut être commandé en livre (cf le sommaire joint en .doc) ou téléchargeable SUR SIMPLE DEMANDE auprès d’Elsa Manigler, responsable communication du Centre de la Gabrielle.

contacts : www.centredelagabrielle.fr ou elsa.manigler@mfpass.fr

____________________________________________

Le 4 septembre, la Plate Forme « Créativités & Territoires » est invitée par Alexis Durand Jeanson de l’Agence Prima Terra à une visite du jardin du 16 bis de l’avenue Salvador Allende à Saint Ouen et présentation du projet d’agence « Terres créatives »
Le 9 septembre, Fazette Bordage (Le Havre) et Mathilde Milot (Rouen) organisent une première réunion collective sur les Créativités au Havre et en Normandie, pour laquelle la Plate Forme « Créativités & Territoires » sera également représentée. La journée de travail du 9 septembre se déroule de 10 heures à 16 heures au Musée d’Art Moderne André Malraux, nous y déjeunerons dans le cadre de l’exposition des peintures de Nicolas de Staël.
Le 29 septembre, Mathilde Vanderrusten, fonctionnaire territoriale, organise une rencontre à 14 heures sur Dunkerque, dans la dynamique « Créa &T », plus particulièrement axée sur les nouvelles technologies et le territoire de Dunkerque.
____________________________________________

 

IMG_2430

IMG_2427

21, 22, 23 et 24 août

Les 21, 22, 23 et 24 août l’Institut Charles Cros représenté par Sylvie DALLET a participé en Estonie à la seconde Summerschool internationale du projet européen Art for ALL (2012-2014) dont il est partenaire. La première Summerschool internationale s’était déroulée à Rome en septembre 2013.

Cet ambitieux projet de deux ans dirigé par Le Centre de la Gabrielle MFPASS (France, responsable Bernadette Grosyeux) regroupe des organismes spécialisés et de recherche partenaires, issus sept pays européens (Allemagne, Autriche, Belgique, Estonie, France, Italie, Pays Bas) pour réfléchir ensemble à un accès égal à l’éducation artistique en Europe. Cette égalité éducative souhaite susciter l’intégration des personnes en situation de handicap psychique et mental dans les Écoles d’Art et pose la nécessité de former dans les universités, des médiateurs et facilitateurs d’art à l’attention des personnes handicapées. Cette initiative éthique et démocratique vise à sensibiliser les décideurs à la formation des publics spécifiques du handicap et à la qualité des talents artistiques des personnes, dans les modalités expressives qui leur sont propres (www.art-for-all.eu).

L’exposition itinérante « Face to Face » qui accompagnait les travaux collectifs cette Summer school estonienne s’est déroulée au Musée d’Art Contemporain de Tallinn, le KUMU, en la présence de la ministre estonienne des Affaires sociales, des responsables du musée, des membres du projet Art For ALL et des artistes estoniens.

____________________________________________
Samedi 21 juin 2014 à 16 heures.

À l’occasion de la parution des ouvrages Éthiques du Goût et Les territoires du sentiment océanique, Sylvie Dallet donnera une conférence-dédicace à la Galerie Double+S (15 rue Guénegaud, Paris www.galeriedoubles.com) dans l’exposition consacrée au peintre chamane Jiapin Sun, dont un des tableaux, L’Appel du Monde ancien, illustre la couverture du livre Éthiques du Goût.

____________________________________________

Le 4 juillet 2014 de 16 à 19 heures, la Plate forme « Créativités & Territoires » se réunira à l’Atelier du Fil Rouge, 4 rue Saint Nicolas75012 Paris, à l’invitation de Gilberte Caron.www.filrouge-conseil.com.

Métro Bastille ou Ledru Rollin.

Pour y participer, merci de confirmer votre présence auprès de Sylvie Dallet (sylvie.dallet@uvsq.fr) ou jacky denieul (J.denieul@iaat.org)

____________________________________________

Le 12 juin, l’ouvrage collectif « ÉTHIQUES du Goût » a été publié par la Collection Éthiques de la Création (Institut Charles Cros/Harmattan) sous la direction de Sylvie Dallet & Éric Delassus.

SAVOIR de FRONTIERES

À la demande de Sylvie Dallet & Éric Delassus, les artistes et chercheurs Georges
Chapouthier,

Hervé Fischer, Christophe Guillouët, Emmanuel Lincot, Sylvie Lopez-Jacob, Nicolas Malais, Ralf Marsault, Émile Noël, Frédéric Pascal, Iegor Reznikoff, Sylvie Rollet, Pascal Salaün, Gilbert Schoon, Adrien Sina, Tian Wang et Diane Watteau explorent les saveurs éthiques du Goût, subtilement indispensables à la démocratie.

Le Goût, cette notion sensuelle, se pare d’un pluriel de tolérance et dévoile au plus profond de l’humain, ses valeurs raffinées et philosophiques. 18 contributions originales en explorent les possibles : art, philosophie, spiritualité, anthropologie, architecture, biologie, sociologie, clinique, édition, littérature, cinéma, peinture, photographie, antiquité, archives, entre les goûts du Monde et de l’Histoire.

192 pages, 19 euros, 2014
(contact attachée de presse : emmanuelle.mouche@harmattan.fr).

____________________________________________

Le 21 mai 2014 nous organisons de 10 heures à 14 heures 30 au Centre de la Gabrielle (Claye-Souilly, 77) le second séminaire national du projet européen Art for All.

Cette journée ouverte correspond à la seconde étape française de la consultation européenne sur l’accès à l’éducation artistique et au marché de l’art pour les personnes en situation de handicap mental et psychique. Il s’agit de la dernière consultation collective avant le séminaire européen final de Bruxelles du 21 novembre 2014, qui, présentant les conclusions de chaque pays (Allemagne, Autriche, Belgique, Estonie, France, Italie, Pays Bas) pourra faire des propositions communes et d’avenir.

Ce séminaire du 21 mai 2014 fait suite de la réflexion du 25 juin 2013 organisée, autour de Bernadette Grosyeux (pilote du projet  européen « Art for All », directrice du Centre de la Gabrielle MFPASS) et Sylvie Dallet (responsable scientifique Institut Charles Cros), à la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord.

Lors de cette seconde concertation, nous souhaitons vous présenter les principes éthiques de notre démarche collective et avancer avec vous sur l’intégration des personnes dans des formations adaptées. L’accès aux musées et à la formation s’inscrit dans une démarche de respect des artistes handicapés.

La matinée sera consacrée aux exposés, à la charte éthique et aux propositions de formation. Cette session sera suivie d’une exposition des travaux réalisés par des artistes handicapés au sein de l’Atelier Couleurs et Création du Centre de la Gabrielle et vous pourrez dialoguer avec les créateurs et les formateurs.

Le repas est offert par le Centre de la Gabrielle.

Que vous ayez participé à la première édition ou non, votre participation à la deuxième édition nous semble particulièrement importante. L’écoute mutuelle et diversifiée des chercheurs, des pédagogues et des artistes doit préparer l’accès aux formations professionnelles.

Contacts et inscriptions : helene.paveto-martinez@gmail.com.

Inscription gratuite mais obligatoire, nombre de places limitées pour les ateliers et le repas. Pour en savoir plus sur le projet et intervenir dans la réflexion collective, n’hésitez pas à envoyer un mail à Sylvie Dallet (sylvie.dallet@uvsq.fr) et à consulter notre page internet : www.art-for-all.eu.

____________________________________________

« Ce que, depuis toujours nous recherchons dehors, veut naître en nous. »

Christine Singer

Pour 2014, L’Institut Charles Cros vous invite à jouer de vos lumières… 

voeux Institut Charles cros 2014

____________________________________________

Le 21 mars de 10h à 13h, la Plate-Forme nomade « Créativités & Territoires » se réunira à l’invitation d’Intencity (lieu pour entreprendre) au 6, Rue Estienne d’Orves, 92110 Clichy.

Station de Métro: Mairie de Clichy.

http://www.intencity.fr/notre-offre.html

« L’ « affectio societatis » désigne la disposition à s’associer pour travailler ensemble dans un esprit de partage et d’égalité. C’est le principe qui fonde la démarche d’Intencity. Depuis juin 2008, l’espace de Reuilly accueille dans 400m2 une quarantaine d’entreprises dans les métiers du service aux entreprises (graphiste, architecte, entreprise général du bâtiment, agence évènementielle, voyagiste, site internet, journaliste…). Le mélange de profils d’entreprises et d’entrepreneurs présents sur le site permet aux nouveaux créateurs de tirer parti de savoir-faire et d’approches variés au sein d’un même lieu. »

Pour s’inscrire à cette 46ème rencontre « Créativités & Territoires », confirmez par mail auprès de j.denieul@iaat.org ou sylvie.dallet@laposte.net

____________________________________________

Le 24 janvier à partir de 14 heures, la Plate-Forme « Créativités & Territoires » se réunit à l’invitation de Françoise Escorne, au Pavillon de l’eau, 77 avenue de Versailles 75016, Paris (métro Javel… cela ne s’invente pas…). Cette ancienne usine de relevage des eaux au XIXème siècle, a été réhabilitée pour accueillir des manifestations dédiées à l’eau..

___________________________________________

En janvier, dans la rubrique « Articles récents », nous pourrons lire un essai original de la chercheuse tunisienne Imen ben Youssef Zorgati (Institut du design, université de la Manouba, Tunis), « Le design social : un levier du développement territorial ». Nous accueillerons désormais régulièrement, dans nos rubriques, des contributions créatives partenaires qui abordent les sujets expérimentés par l’Institut Charles Cros.

____________________________________________

L’édition plurielle de Savoirs de frontières (Image, Écriture, Oralité), livrée le 20 décembre, est désormais disponible en librairie, préfacée par Kenneth Withe. Ses premiers mots d’ouverture sont libellés ainsi :

« Le thème « Savoirs de frontières », est fondamental, et l’autre volet de la thématique : « Image, Écriture, Oralité », me semble tout autant significatif : non seulement comment exprimer le savoir une fois acquis, mais comment accompagner le processus même du savoir. Il ne peut s’agir dans mon esprit d’une simple rencontre (encore une, dans un contexte plus ou moins multidisciplinaire), entre science et art, épistémologie et esthétique, mais du développement et du déploiement d’une science-art, d’un art-science des limites, susceptible de transformer les structures de notre monde, et d’ouvrir un nouveau champ. »

L’article de clôture (Le monde est tel qu’il est, mais nous,où sommes nous ? par Sylvie Dallet) peut se lire en réponse, accompagnant les vœux de l’Institut Charles Cros 2014 :

« Depuis quelques années, les frontières des savoirs bougent. (…) Alors que le spectacle du monde prend le pas sur les politiques publiques, l’individu redécouvre dans le même temps, au travers la multiplicité des médias, la diversité de ses expressions. La corde se tend entre une expressivité exponentielle, imagée, vocalisée, rédigée, gestuelle et un univers, dont les ressources s’appauvrissent. La recherche fondamentale réintègre sa fonction de sentinelle et de gardien de phare, défiant à la fois « l’art pour l’art » et la frénésie de l’innovation prométhéenne. Il faut espérer que ce jeu de la corde va donner aux humains une nouvelle chance d’intervenir dans le jeu du monde, par l’indignation et l’adaptation créative aux espaces suscités par les simulacres de l’imagerie audiovisuelle. »

____________________________________________

Une belle année 2014 s’annonce. L’Institut Charles Cros envoie ses vœux à tous ses partenaires, amis et lecteurs, attentifs aux Thèlemes rabelaisiennes, modèles récurrents des Fab labs et autres Tiers lieux de création. Le site de l’Institut évolue et se transforme pour être à la fois plus complet et plus lisible. Mais nous avançons lentement…

———————————————————————————————————————————————————————————————

ANNÉE 2013

Joyeux Noël, à tout nos lecteurs, contributeurs, partenaires et amis. Merci de cette confiance qui perdure avec le temps…

____________________________________________

 Quelques jours avant Noël, l’Institut Charles Cros en partenariat avec l’Harmattan, lance le quatrième ouvrage de la collection Éthiques de la Création qui rassemble sous la direction de Sylvie Dallet et d’Elie Yazbek d’insolites « Savoirs de Frontières (Images, Écriture, Oralité) » avec les contributions mélangées des intellectuels et artistes : Kenneth White, Jacques Arnould, Jarjoura Hardane, Daniel Leuwers, Pascal Dibie, Florence Dupont, Roger Assaf, Paul Mattar, Jean-Louis Bompoint, Carine Doumit, Gaby Maamary, Elie Yazbek, Sylvie Dallet et Isabelle Lassignardie…

Il n’est pas d’apprentissage de vie sans franchissement de limites, qu’elles soient esthétiques, symboliques, sociales ou de représentation. Quatorze artistes et intellectuels francophones, riches de cultures transversales, choisissent à Beyrouth de témoigner sur ce qu’ils pensent être une initiative d’avenir : valoriser des « savoirs de frontières » dans leurs multiples facettes expressives.  Leurs savoir faire de traducteurs font subtilement circuler les énergies entre les géopolitiques traditionnelles et les géopoétiques de la créativité.

____________________________________________

13 décembre 2013

De 10 heures à 12 heures 30,  la Plate-Forme « Créativités et Territoires » se réunit chez Mundolingua, 10 rue Servandoni (75006 Paris) afin d’échanger sur les expériences de créativité et d’apprentissage linguistique.

____________________________________________

28 novembre 2013

L’architecte et urbaniste Catherine Jacquot (Agence Cenci et Jacquot architectesa été élue présidente du Conseil national de l’ordre des Architectes, et devient ainsi la première femme à exercer cette responsabilité.
Catherine Jacquot accompagne l’initiative transdisciplinaire de l’Institut Charles Cros depuis sa création en 2001 et siège, depuis 2007, à son Conseil d’Administration. Nous sommes heureux de la féliciter de cette nouvelle nomination, qui couronne une personnalité de dialogue, de démocratie et de modernité.

 ____________________________________________

Colloque « Métamorphoses des lieux et territoires de demain »
7 novembre 2013
La Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord à la Plaine Saint Denis
4 rue Croix Faron, RER : La Plaine Stade de France

Le colloque « Métamorphoses des lieux et territoires de demain »  clôt le  cycle des sept colloques internationaux  du séminaire interdisciplinaire nomade « Savoirs créatifs, Savoirs migrateurs« . Ce colloque est, comme les six précédents, conçu en multi partenariat de structures et de personnes (Jacky Denieul – IAAT, Esther Dubois – Complexcités, Stéphanie Frobert – ARDT-Auvergne). Il est accompagné par la plate forme « Créativités & Territoires« .

Il se déroule à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord à la Plaine Saint Denis (4 rue Croix Faron, RER : La Plaine Stade de France). La Plaine Saint Denis est un lieu symbolique, traditionnellement lieu de foires, d’immigrations et espace de transformations multiples de la banlieue. Ce colloque réunit des interventions multiples autour de cinq thèmes :

– Questionner les lieux par les biens communs

– Les stratégies énergétiques et les transports

– Les relations Villes/Campagnes

– Les attractions de la beauté : poétique, résistances et créativités artistiques

– Experiences de formation, réseaux et territoires numériques

Le séminaire des  « Savoirs créatifs » est conçu collectivement pour irriguer les réflexions sur les mutations des savoirs  contemporains autour de sept thèmes organisés sur sept lieux symboliques.  Ces espaces culturels de travail interdisciplinaires doivent être conçus comme autant de passerelles  territoriales, européennes et de la francophonie. Le dispositif original  de coresponsabilité scientifique associe des chercheurs avec des artistes, des collectivités territoriales ou des institutions de la société civile.

La dynamique de « Savoirs migrateurs » fonctionne comme le label participatif, mutualisant des événements créatifs associés  à chaque rencontre.

Le repas de midi du 7 novembre sera proposé sur la base de 7 euros (inscriptions repas : yassiryebba@gmail.com)

Renseignements complémentaires : sylvie.dallet@uvsq.fr, j.denieul@iaat.org

____________________________________________

Réunion de la Plate Forme « Créativités & Territoires »
le 20 septembre, à partir de 14h00
au 42-44 rue François Miron – 75004 Paris.

____________________________________________

« Philosophies du chamanisme »
le 14 juin 2013 à 19h00
Conférence à la Galerie Fontenay aux Arts.
Par Sylvie Dallet (lors de l’exposition du peintre Eddy Saint-Martin, « L’œil pérégrin » 6 juin – 6 juillet 2013)

 

Téléchargez le programme Colloque Métamorphoses des lieux 7 novembre 2013